Le président Christian Malanga parle du projet du Parti congolais de l’Unité au Sheraton de Bruxelles

Publié le par Cornelis Nlandu-Tsasa

Le président Christian Malanga parle du projet du Parti congolais de l’Unité au Sheraton de Bruxelles

Bruxelles - “Le tigre ne montre pas sa tigritude. Il tue sa proie et la mange », avait lancé l’écrivain nigérian Wole Soyinka à Léopold Sédar Senghor, qui clamait sa négritude. Je crois que c’est l’essentiel de ce que nous pouvons retenir de la conférence à laquelle nous avons été conviés, le samedi 28 mars 2015 à l’Hôtel Sheraton de Bruxelles, par United Congolese Party.

En effet, son président Christian Malanga faisait à cette occasion sa première apparition officielle dans la capitale belge, dans un but que seuls les initiés peuvent préciser en de termes clairs et concis. A l’origine, nous croyions que le Président du Parti congolais de l’Unité allait nous annoncer sa candidature à la présidence de la RDC pour les élections prévues en 2016. Que du contraire.

Pour Christian Malanga, il est venu des Etats-Unis, où il réside, pour annoncer que Joseph Kabila doit quitter la présidence congolaise cette année. Vous avez bien lu : cette année 2015. Toute la dialectique a finalement tourné autour de cette idée. Joseph Kabila doit partir cette année.

L’impressionnant parterre de journalistes présents ont usé de tous les subterfuges pour lui tirer les vers du nez. Nenni. Pire, le président Malanga en rajoutera : le Parti congolais de l’Unité n’est en rien un parti politique. Il est plutôt une plate-forme. « Composée de quelles formations politiques ?», avait voulu connaître l’un des journalistes. Personne n’en saura plus.

Un autre avait fait remarquer que le sigle du parti se rapprochait terriblement de celui du MPR des temps anciens. Le conférencier a expliqué que le flambeau est universel et comme dans le pays où l’on part, c’est-à-dire en RDC, il n’y a aucune lisibilité, avec une économie branlante pour un pays assis sur d’énormes richesses naturelles et humaines, il faut bien un flambeau « pour mieux voir ».

Pour ceux qui savent lire entre les lignes, le discours volontairement imagé et codé tenu par le Président Christian Malanga était pourtant clair. Le Parti congolais de l’Unité fait table rase des élections de 2016. Le président de United Congolese Party précisera par contre : "On ne peut aller aux élections avec des rebelles". Entendez le pouvoir de Kinshasa, issu de la rebellion de l'AFDL, du MLC, du RCD et autres. Ainsi, il opte plutôt pour une solution alternative, que seuls les illuminés connaissent.

Je n’irai pas, pour ma part, jusqu’à me hasarder à accoler un qualificatif au choix de United Congolese Party. Mais, à considérer le nombre de personnes drapées de tee-shirts et arborant des pin’s de ce parti dans cette salle archicomble du Sheraton, sans oublier la qualité de certaines autres, il convient de s’arrêter sur ce mouvement, sûrement appelé à faire des émules.

Cornelis Nlandu-Tsasa

Rédacteur en chef

Le président Christian Malanga parle du projet du Parti congolais de l’Unité au Sheraton de Bruxelles

Commenter cet article