Brèves - Sit-in devant la Monusco à Goma pour arriérés de salaires et licenciement abusif

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Des Casques bleus à Goma
Des Casques bleus à Goma

Goma, 17/06 - Plusieurs dizaines d’ex-journaliers de la Monusco (Mission de l’ONU pour la stabilisation de la RD Congo) réclamant leurs indemnités de sortie ont passé une nuit blanche lundi à l’entrée principale du quartier général de cette institution onusienne à Goma au Nord-Kivu, a constaté l’ACP mardi.

Selon quelques manifestants, ce mouvement vise la réclamation des indemnités de sortie et, notamment, les 70% rétroactifs de leurs salaires, conformément à l’instruction administrative ST/AI/2013 du 4 octobre 2013. Ils se disent également victimes d’une interruption sans préavis de contrats de travail.

L’instruction en question dispose, signale-t-on, qu’un journalier devrait toucher mensuellement 900$ contre 350$ versés.

80% des filles de moins de 18 ans mariées précocement dans le Tanganyika

Kalemie, 17/06 .- 80% des filles de moins de 18 ans des territoires de Kalemie , Kabalo, Manono, Moba et Nyunzu, dans l’ex district du Tanganyika, sont mariées précocement et non scolarisées, a indiqué mardi Mme. Séraphine Kamona Fatuma, chef de service du Genre, famille et enfant du Tanganyika, en marge de la célébration à Kalemie de la Journée de l’enfant africain.

Pour s’attaquer à ce fléau, son service a déjà formé 565 prestataires qui se chargent de la sensibilisation et de la prise en charge psycho-sociale des victimes des violences et des mariages précoces.

M. Kalume Nyonganya, chef du 2ème bureau de la division unique de l’ex district du Tanganyika, qui a présidé cette cérémonie, ponctuée par une séance d’évaluation sur la lutte contre les mariages précoces, l’utilisation des enfants dans les milices à des fins politiques et l’enlèvement des enfants, a lancé un appel à la protection de droits de l’enfant souvent violés.

Auparavant, il avait précisé que la responsabilité en matière des mariages précoces est partagée entre l’Etat, les parents, la culture, les coutumes, les églises réfractaires et les guerres entretenues par les groupes et bandes armés.

La production de la Compagnie sucrière de 2015 estimée à 86.200 tonnes

Kinshasa 17/06 - La production de la Compagnie sucrière (ex-Kwilu-Ngongo), pour la campagne sucrière 2015, est estimée à 86.200 tonnes de sucre contre 83.304 tonnes en 2014, a appris l’ACP mardi d’une source proche du bureau de représentation de cette société à Kinshasa.

Pour cette entreprise, ces prévisions en hausse pourront être atteintes suite à l’amélioration du taux du sucre dans les cannes et surtout le niveau des conditions climatiques constatées au début de la campagne sucrière.

La Compagnie sucrière dispose d’une superficie de plus de 20.000 hectares de plantations de cannes à sucre réparties dans 19 plantations. Elle emploie plus de 10.000 travailleurs saisonniers principalement les ouvriers commis au travail de coupe, plus de 120 cadres nationaux et une dizaine d’expatriés.

La Compagnie sucrière a réussi en outre à diversifier ses activités. C’est ainsi qu’elle a réalisé des activistes connexes telles que la production des alcools bon goût et mauvais goût, des briques cuites ainsi que la liqueur appelée ‘’Kwilu-Rum’’.

La compagnie sucrière s’emploie actuellement à rapprocher les consommateurs de Kinshasa par la réinstallation des entrepôts dans la capitale, qui seront approvisionnés régulièrement. Les entrepôts de cette entreprise, installés sur la route de poids lourds, dans la commune de la Gombe, avaient été fermés après les paillages de 1991.

Baisse de prix des produits importés de première nécessité à Kinshasa

Kinshasa, 17/06 - Les prix des produits importés de première nécessité ont été revus à la baisse depuis quelques mois sur le marché de Kinshasa, a constaté l’ACP.

Il s’agit notamment du bidon d’huile végétale de 5 litres dont le prix est passé de 12.000 franc congolais (soit 13,25USD) à 6.500 francs congolais (7,17 USD). La pâte à tartiner de marque Duo est passée de 2.500 francs congolais (soit 2,76 USD) à 1.800 francs congolais (1,99 USD), tandis qu’une boite du lait en poudre de marque Belle hollandaise est passée de 27.000 francs congolais (soit 29,8 USD) à 21.500 francs congolais (23,7 USD).

Selon un opérateur économique contacté mardi, cette situation est consécutive à la dépréciation de l’Euro face au Dollar américain. Il a soutenu qu’il s’agit du résultat d’une politique monétaire de la zone européenne, soulignant que les répercutions positives de cette dépréciation se font sentir sur le marché congolais.

Cet opérateur économique souhaite que la RDC, qui bénéficie de cette perte de valeur de l’Euro, puisse pratiquer une politique de commerce extérieur stimulant ses exportations pour tirer profit de la situation. Mais d’autres estiment que cette situation est due également à l’abondance de produits similaires provenant de Lufu, poste frontalier entre la RDC et l’Angola situé dans la province du Kongo central.

Avec l’ACP

Des commerces à KinshasaDes commerces à Kinshasa

Des commerces à Kinshasa

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article