Fin de la mission EUSEC en RDC après 10 ans de service

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

La mission EUSEC, ici à la Base de Kitona
La mission EUSEC, ici à la Base de Kitona

Kinshasa, 22/06 - La Mission de Conseil et d’Assistance de l’Union européenne en matière de reforme et de la sécurité (EUSEC) vient de mettre définitivement fin à sa présence en RDC après dix années de soutien aux Forces armées congolaises (FARDC).

Le colonel Jean-Louis Nurenberg, chef de l’Eusec l’a annoncé vendredi au cours d’une cérémonie marquant la fin du 8ème mandat bis de cette mission en indiquant que l’Eusec a, durant ces années, témoigné de l’engagement de l’Union européenne (UE) en soutien des FARDC.

Il s’est félicité de son bilan à la tête de ce groupe multinational d’experts internationaux ainsi que de son appui technique aux autorités civiles et militaires de la RDC, précisant qu’il a pu contribuer de façon constructive à la reforme des forces armées congolaises.

M. Jean-Louis Nurenberg a, à cet effet, énuméré quelques réalisations de cette mission, notamment la mise en place d’une base de données du personnel militaire, la formation des officiers, la bancarisation, la réhabilitation et la construction des infrastructures ainsi que la promulgation des textes juridiques dans ce secteur.

Au regard de toutes ces réalisations, le Luxembourgeois a affirmé que la reforme des forces armées est en bonne voie. Il a fait remarquer que les FARDC devront faire face à de nombreux défis, entre autre la mise en place d’un personnel qualifié au sein des différentes structures, la mise en place d’un dispositif permanant de recrutement en vue de rajeunir l’armée et la mise en pension progressive combinée avec la réinsertion dans la vie civile.

EUSEC cède sa toge au Programme «Progress»

Jean-Marie Dumond, chef de la délégation de l’Union européenne en RDC, a pour sa part annoncé que l’EUSEC cède sa place à une mission plus réduite dite « Progress » et, ce, à partir de ce mois de juin jusqu’en juin 2016.

Ce programme, a-t-il précisé, s’inscrit dans le cadre d’une transition d’une mission de sécurité à un programme de développement en vue de préserver les acquis de l’Eusec et de maintenir un appui cohérent au secteur de la sécurité et de la défense.

Financé pour un programme de six ans, «Progress» vise le renforcement institutionnel du Ministère de la défense nationale, des anciens combattants et de la réinsertion, à appuyer la modernisation de la gestion administrative et budgétaire au sein du secteur de la défense, y compris l’assainissement des effectifs des FARDC, contribuer au renforcement des mécanismes de recevabilité interne et externe dans le secteur de la défense.

Avec l’ACP

Commenter cet article