Cécile Kyenge attaque en justice pour incitation à la haine raciale

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Mme Cécile Kyenge Kashetu
Mme Cécile Kyenge Kashetu

Rome, 14 juil - L'ancienne ministre italienne de l'Intégration, Cécile Kyenge Kashetu, vient d’engager une action en justice contre le mouvement extrémiste Forza Nuova pour incitation à la haine raciale Le procès s'est ouvert ce mois-ci à Macerata, dans la province italienne des Marches, annonce l’APA qui cite Adiac-Congo.

Critiquée par les partis d'extrême droite durant les neuf mois pendant lesquels elle est restée la titulaire du portefeuille de l'Intégration, Mme Cécile Kyenge, aujourd'hui élue au Parlement européen, a ainsi décidé de réagir par les voies légales lorsque les critiques se sont muées en insultes, souvent racistes.

L'Italo-congolaise, première femme noire dans un gouvernement italien, fut, en effet, la cible d'attaques pesantes dans lesquelles on ne distinguait plus, au fil des mois, la critique contre son action et les défoulements sexistes ou racistes.

Premier à passer à la barre est le mouvement extrémiste Forza Nuova, plus particulièrement son président Tommaso Golini, accusé d'avoir barbouillé, en 2013, les murs du siège du Parti démocratique (PD, de gauche), le parti de Mme Kyenge, des écrits qualifiés par les juges d'offensants. " Kyenge retourne en République démocratique du Congo ", avait écrit sur les murs du parti PD à Macerata une main que la justice estime pour le moins inamicale. Et les soupçons des enquêteurs se sont portés sur Golini, à l'époque particulièrement virulent contre la ministre d’origine congolaise.

Attribuer la paternité de ces écrits à son auteur, les évaluer en audiences contradictoires pour savoir s'ils sont racistes ou pas, prononcer les peines : c'est à cela que va s'employer le magistrat des audiences préliminaires de Macerata, le juge Enrico Zampetti. Cécile Kyenge s'est constituée partie civile, ainsi que des associations antiracistes. La prochaine audience est attendue le 24 novembre prochain.

Commenter cet article