Des investisseurs égyptiens pour l’érection d’une infrastructure de desserte en eau et en électricité à Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Une centrale solaire en Inde
Une centrale solaire en Inde

Kinshasa, 03/08 - Des investisseurs égyptiens sont à la recherche d’un site pour l’érection d’une infrastructure solaire de desserte en eau et en électricité dans le district de la Tshangu, à l’est de la ville Kinshasa, a iannoncé samedi le ministre de l’Energie et ressources hydrauliques, Jeannot Matadi Nenga, au cours d’un tour d’horizon sur la situation énergétique dans la capitale congolaise.

La construction de cette centrale solaire, dans le quartier Mikondo, commune de Kimbanseke, prévoit 4 mégawatts, a précisé le ministre, ajoutant que le barrage de Zongo (150 mégawatts) dans la province du Kongo central, dont les travaux se sont arrêtés faute de financement, bénéficiera, à terme, au district de la Tshangu avec une quantité d’énergie de l’ordre de 50 MW.

Pour un financement supplémentaire en vue de concrétiser ce projet, dont la production est attendue en 2017, il a dit que le gouvernement s’est tourné vers une autre banque chinoise.

Il a également rappelé le projet de la centrale hydroélectrique d’Inga 3 devant mettre fin au délestage à Kinshasa et dont la construction nécessite un financement de l’ordre de douze milliards USD. Cet ouvrage dont les études de faisabilité ont été bouclées, prendra 8 ans pour sa réalisation, a précisé M. Matadi Nenga.

il a en outre évoqué les problèmes de desserte en électricité dans les quartiers périphériques de la capitale appelés « poches noires » qui, selon lui, sont en train d’être éclairées.

Abordant le volet de l’eau potable, le ministre a laissé entendre que la Régie de distribution d’eau (REGIDESO) entreprend actuellement 15 travaux de forages à Tshangu, dont le premier a été mis en service dans le quartier Kangamutu.

D’autres travaux du genre sont par ailleurs en cours aux centrales de Katende (Kasaï) et Kakobola (Bandundu). La construction de la première centrale (64 MW) s’effectue normalement et son inauguration est prévue en 2016. Elle alimentera les villes de Kananga et de Mbuji-Mayi ainsi que la localité de Tshimbulu.

Quant au barrage de Kakobola, les travaux sont réalisés actuellement à 75 % et l’ouvrage sera inauguré en décembre prochain, avec l’alimentation de la ville de Kikwit ainsi que des territoires de Gungu et d’Idiofa, dans l'ancienne province du Bandundu, a rassuré M. Matadi Nenga.

Avec l’ACP

Commenter cet article