La reprise du trafic ferroviaire Kinshasa-Matadi fixée au 22 août

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le train Matadi-Kinshasa ancienne formule
Le train Matadi-Kinshasa ancienne formule

Kinshasa, 12/08 (ACP).- Le trafic ferroviaire Kinshasa-Matadi reprendra le 22 août prochain, a annoncé lundi à la presse le directeur général de la Société congolaise des transports et des ports (SCTP), Kimbembe Mazunga. Il l’a déclaré après la réhabilitation de la voie ferrée qui relie les deux villes du Kongo Central et de la capitale congolaise.

Le train voyageur qui desservait autre fois cette voie a été aussi réhabilité. La reprise de trafic va réduire le temps de parcours du trajet Kinshasa-Matadi, qui passe de plus de 7 heures a moins de 6 heures, a indiqué Kimbembe Mazunga, précisant que les passagers voyageront dans des conditions optimales.

Quant au tarif des billets de la 2ème classe de ce train, il est revu à la baisse, soit moins de 20 $ un repas compris, alors que pour la classe de luxe, le prix est supérieur à celui du taxi ou taxi-bus, soit 20 $ et plus, a précisé Kimbembe Mazunga.

Interdiction d’organiser les cérémonies de collation des grades académiques

Kinshasa, 12/08 - Le ministre ai de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU),Maker Mwangu Famba, a rappelé aux chefs d’établissements tant publics que privés de l’ESU l’interdiction d’organiser les cérémonies de collation de grades académiques pour l’année 2014-2015 ouverte le 15 octobre 2014 et clôturée depuis le 31 juillet 2015 sur l’étendue du territoire national.

Dans une circulaire reçue mardi et adressée aux recteurs et directeurs généraux, le ministre souligne que quelles que soient les motivations, aucun établissement ne peut organiser une telle cérémonie. Les pratiques dites d’auto-collation sont également interdites, aux terme du même document.

Résurgence de l’épidémie de cholera à Baraka Katanga

Baraka, 12/08 - L’épidémie du cholera a refait surface dans les cités de Baraka et de Katanga dans le secteur de Mutambala, territoire de Fizi, a annoncé le mardi 11 août M. Abel, superviseur de la zone de santé de Fizi chargé du cholera,.

Au moins cinq malades arrivent quotidiennement au centre du traitement du cholera situé à Baraka, a-t-il fait savoir avant d’indiquer que les quartiers les plus touchés sont ceux situés à Baraka centre et à Katanga.

Aucune perte en vie humaine n’a encore été enregistrée, mais M. Abel demande à la population de ces contrées d’observer les règles d’hygiène, de ne pas consommer l’eau impropre et d’éviter de consommer des aliments crus. La dernière épidémie de cholera, observée à Baraka, il ya plus de 5 mois, avait fait plus de 60 morts.

Un réseau de contrefacteurs d’imprimés de valeur démantelé à Kananga

Kananga, 12/08 - Le parquet général de Kananga a placé en garde à vue deux agents de la cellule communale des Petites et moyennes entreprises et artisanat, convaincus de contrefaçon et de vente illicite des imprimés de valeur de la DGRKOC (Direction générale des recettes du Kasaï Occidental). Au nombre de ces imprimés, des patentes commerciales et artisanales.

Mme Katanda Mvita et M. Mutombo Mutombo, deux nouvelles unités non encore mécanisées, ont en effet imité la signature du directeur général de cette régie financière locale ainsi que le sceau officiel de celle-ci dans leur sale besogne.

Opérant sous la couverture d’un ordre de mission établi par le chef de service communal des PMEA de Kananga, ces inciviques auraient bénéficié de la complicité d’un agent de la DGRKOC affecté à cette commune.

Par ailleurs, le parquet général de Kananga recherche activement le responsable de ce secteur, Bavon Kamanga, chef de service de PMEA, en fuite.

Augmentation des filles-mères à Kinsenso

Kinshasa, 12/08 - Cent dix-sept (117) filles-mères de 14 à 23 ans ont été dénombrées sur cinq avenues de Riflard, quartier périphérique des communes de Kinsenso et Matete, signale un rapport d’une mini-enquête menée la semaine dernière par l’Union congolaise des femmes des médias (UCOFEM) reçu mardi.

Selon la source, ce phénomène est consécutif à la pauvreté des parents ayant entrainé les filles à la débauche pour se prendre en charge, signalant que les parents ont démissionné de leurs obligations vis-à-vis de leurs enfants.

Ces filles-mères, pour la plupart, ne prennent pas de précautions pour éviter les grossesses non désirées avec des partenaires irresponsables, note le rapport qui fait remarquer que les enfants qui naissent viennent encore alourdir les charges dans les ménages déjà démunis, aggravant ainsi la misère des parents.

Le document relève par ailleurs que quelques unes de ces filles-mères s’adonnent à la préparation et à la commercialisation des chikwangues (pâte de manioc), tandis que d’autres deviennent des femmes de ménage pour subvenir aux besoins de leur progéniture.

Avec l’ACP

Un groupe de jeunes filles à gauche, et des enfants à droiteUn groupe de jeunes filles à gauche, et des enfants à droite

Un groupe de jeunes filles à gauche, et des enfants à droite

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article