Le président burundais a quand même prêté serment jeudi

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le président Pierre Nkurunziza
Le président Pierre Nkurunziza

Kinshasa, 21/08 - Le président burundais Pierre Nkurunziza, dont l’élection pour un 3ème mandat a été décriée en Afrique comme dans le monde, a quand même prêté serment jeudi au Palais des Congrès de Bujumbura, la capitale burundaise, lors d'une cérémonie annoncée au dernier moment, par souci de sécurité.

En effet, depuis la mort du général Adolphe, la tension est montée d'un cran dans la capitale et beaucoup de rumeurs de violences circulaient à Bujumbura, à l’approche de la prestation de serment.

D’après les médias locaux, l’Egypte, la Chine, l’Afrique du sud ou encore la Russie ont envoyé des représentants, soulignant que le président angolais Dos Santos a par ailleurs été l’un des tous premiers chefs d’Etat à féliciter Pierre Nkurunziza.

Très peu de gens étaient dans la confidence. Plusieurs représentations étrangères disent avoir été prévenues à la dernière minute par téléphone. Même les journalistes de la radiotélévision nationale burundaise (RTNB) n’ont été prévenus que dans la matinée, a fait savoir l’un d’eux.

Quant aux pays européens, ils avaient adopté une position commune à Bruxelles il y a quelques jours : être représentés à la cérémonie à un niveau inférieur, mais pas par leurs ambassadeurs. Ils ont donc envoyé des diplomates de rang moins important. Idem pour les Etats-Unis, représentés par le numéro 2 de l'ambassade. Il faut rappeler que l'Union européenne et les Etas-Unis avaient qualifié les élections de non crédibles. Une absence remarquée en revanche : celle de l'Union africaine, qui a décliné l'invitation.

Les semaines qui vont suivre risquent d'être très chahutées dans la capitale burundaise comme à travers le pays. Selon la Constitution, le président élu prête serment auprès de la Cour constitutionnelle, devant les deux Chambres du Parlement réunies. L'opposition burundaise qui qualifie sa réélection d'" illégale "avait prévenu que Pierre Nkurunziza ne serait plus légitime une fois qu'il aurait prêté serment.

Avec l’ACP et l’APA

Commenter cet article