Le prototype du premier satellite de la RDC est un signe du génie congolais, selon le Programme de recherche spatiale

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Présentation du satellite avec le partenariat chinois
Présentation du satellite avec le partenariat chinois

Kinshasa, 24/08 - La présentation officielle au président Joseph Kabila et à toute la nation du prototype expérimental du tout premier satellite congolais, lors du défilé du 30 juin dernier à Matadi, est une preuve du savoir et du savoir-faire congolais, a-t-on estimé le week end au Programme national de recherche spatiale et technologique (PNRST) coordonné par le président de la société savante, morale et de l’élite en RDC, le Dr Blaise Wamba Yetshi. Ce prototype expérimental a été produit dans un environnement technologique local après des études de pré-faisabilité, de faisabilité et de dimensionnement avec des logiciels appropriés, avant la recherche et l’acquisition des composantes.
Selon l’ingénieur Léonard Kabeya Mukeba, professeur à l’ISTA et directeur de cabinet du coordonnateur national du PNRST, le prototype expérimental du tout premier satellite congolais permet déjà, au point fixe, de balayer un rayon de plus de 50 kilomètres et d’envoyer des images avec une résolution de 1,5 mètres. « Il n’y a pas de magie dans la technologie, tout est question de volonté politique », a dit le professeur Kabeya Mukeba qui a ajouté que l’essentiel est de commencer quelque part.
S’agissant particulièrement de la mise sur orbite du satellite congolais, dénommé « KLK-WC 50 », tous les espoirs sont désormais permis après la démonstration réussie de Matadi, soutient-on au PNRST où on attend une plus grande implication du ministère de la Recherche et technologies afin de faire avancer rapidement ce projet hautement stratégique.
La mise sur orbite de son propre satellite aidera la RDC, notamment, d’accélérer le processus de son émergence en lui permettant d’augmenter considérablement son budget national. Cela va également impacter positivement de nombreux autres secteurs d’application du satellite (économie, science, sécurité…), signale-t-on.
Néanmoins, la communauté scientifique congolais reste dubitatif car la RDC n'est pas à sa première tentative. Sous Mobutu, des essais de mise en orbite avaient été tentés, sans lendemain. Par ailleurs, le mardi 23 juin dernier, le vice-premier ministre et ministre des Postes, télécommunications, nouvelles technologies de l’information et de la communication, Thomas Luhaka Losendjola, avait également présenté à Kinshasa la maquette dite du "premier satellite de télécommunication congolais". Ce projet, dénommé Congo-SAT, évalué à 320 millions de dollars américains, était décrit comme un partenariat entre la RDC et la société chinoise China Great Wall industry Corporation, spécialisée dans les projets satellitaires. On attendra donc voir après tous ces effets d'annonce.
Mais si le projet est concrétisé, la RDC serait le troisième pays africain à disposer de son propre satellite de télécommunications, après l’Égypte et le Nigeria.

Inhumation à Kinshasa d’un haut fonctionnaire de l’EPSP

Kinshasa, 24/08 - Un haut fonctionnaire de l’Enseignement primaire, secondaire et nouvelle citoyenneté, Ngunda Xavier, a été inhumé samedi à la Nécropole de la Nsele à Kinshasa. Feu Xavier Ngunda est l’un des premiers inspecteurs d’État de l’ex-province du Bandundu où il a occupé tour à tour des fonctions à Gungu, Kahemba, Kikwit, Kasongo-Lunda et Pokabaka.
Administrateur émérite, il a été successivement chef des services généraux de Bandundu, directeur provincial du Kwango jusqu’à atteindre le grade d'inspecteur principal adjoint au niveau de l’inspection générale du Congo, avant de mériter sa retraite honorable à l’EPSP en 1986.
Dans son oraison funèbre, le représentant de l’EPSP, M. Faustin N’teba, a loué les qualités intellectuelles de l’illustre disparu qui a parcouru une carrière pleine après avoir fait des études primaires, secondaire et universitaires brillantes. Il a rappelé que M .Ngunda a commencé par œuvrer comme enseignant à l’école primaire d’Imbela et de Kinguda où il ne s’occupait que des classes de pointe avant de se perfectionner dans son domaine.

CENI : Quatre candidatures pour les postes de gouverneurs et de vice-gouverneurs au BRTC/Tshopo

Kisangani, 24/08 - Le Bureau de recette et de traitement des candidatures de la CENI pour le pool opérationnel de la Tshopo a réceptionné jusqu’au vendredi 21 août 4 dossiers de candidature pour les postes de gouverneurs et vice-gouverneurs de la Province de la Tshopo sur les 11 formulaires retirés.
Il s’agit des candidatures de MM. Molisho Nendolo, John Ilongo Tokole, Constant Lomata et Jeef Lioto Mbula tous candidats indépendants, tandis qu'aucune candidature féminine n'a été réceptionnée.
Avec l'ACP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

bertin 30/11/2015 16:14

encore