Le vol à la tire prend de l'ampleur à Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Un groupe de Kuluna aux arrêts
Un groupe de Kuluna aux arrêts

Kinshasa, 19 août - Le phénomène de vol à la tire prend de plus en plus de l'ampleur dans la commune de Ngaliema à Kinshasa, où certains conducteurs de taxi-moto s'adonnent à cœur-joie à ce genre de vol, a-t-on constaté.

Ces motards qui opèrent à deux, l'un devant et l'autre derrière, subtilisent le sac ou autres objets de valeur, profitant de la distraction de la victime. Ils ont comme cibles les jeunes filles ou les femmes qui empruntent les abords de la route avec le sac à main ou le téléphone en main en pleine conversation.

" Ces chauffeurs nous causent beaucoup de tort dans la mesure où il n'y a pas moyen de tenir quelque chose en main aux abords de la route, de peur d'être agressée par ces gens malintentionnés ", a déploré une habitante du quartier Malueka, qui a déjà été victime de ce vol perpétré par ces motards.

Un jeune voleur lynché par la population à Lemba

Un jeune voleur d'une vingtaine d'années a été lynché dans la commune de Lemba à Kinshas, après avoir été surpris par la population de l'avenue Makongo, au niveau du Terminus, où il avait subtilisé le sac à main d'une dame au moment où celle-ci descendait d'un taxi-moto, lundi aux environs de 21 heures.

Alertée par la dame, la population a mis la main sur le malfrat, qu'elle a copieusement tabassé avant de l'amener au sous-commissariat de police de la place. Pour la population, ce voleur est un kuluna qui opère pendant des heures tardives à cet endroit, en posant des actes de vandalisme à l'égard des paisibles citoyens.

Devant la recrudescence de ces actes, la population réclame la reprise de l'opération " coup de poing " qui avait tenté à l'époque de mettre fin à ce genre d'actes.

Célébration des 90 ans d’existence de l’ADAPES

Kinshasa, 19/08 -Treize anciens élèves d’écoles des pères de Scheut ayant constitué la promotion de 1949 du Collège Saint Joseph de Léopoldville (ville de Kinshasa-commune de la Gombe) ont été les premiers diplômés de cet établissement scolaire secondaire, premier collège agréé du Congo belge (aujourd’hui RDC), a-t-on annoncé dimanche à, l’occasion de la célébration des 90 ans d’existence de l’ADAPES, organisée au Complexe scolaire Mgr Moke, dans la commune de Kalamu.

Selon un document de l’Association des anciens élèves des pères de Scheut (ADAPES) reçu mardi, il s’agit de Henri Ntela, Maurice Bongobgu, Joseph Ebene Ekomba, Jean-Jacques Kande, Armand Bobanga, Camille Muissa, Emmanuel Derikoye, Valentin Bindo Albi, Antoine Mossamba, Pierre Akele, Ferdinand Luvezo, Victor Essabe et Camille Mokoko. Ces jeunes à l’époque, dont l’âge variait entre 17 et 20 ans, terminaient leurs études secondaires le 26 décembre 1949, après une "longue aventure" qu’ils avaient commencée en 1938 à l’Ecole primaire Saint Pierre, dans la commune de Kinshasa.

De ce groupe, il ne reste plus qu’un seul survivant, Camille Muissa Camus, âgé de 84 ans. La même source signale que les membres de l’ADAPES de toutes les générations restent reconnaissants à leurs formateurs pour leur avoir donné une éducation de qualité en vue du bien-être de la nation congolaise et sont déterminés, en perspective du centenaire du Collège Saint Joseph, en 2017, à faire éloge de l’héritage scheutiste pour la postérité.

A la célébration 90 ans d’existence de l’ADAPES, le président de cette association, Julien Bukasa Nkashama, avait rendu hommage à feu le père Raphael de la Kethulle, fondateur de celle-ci.

Débat autour de la dénomination de la province du Kasaï Central

Kananga, 19/08 - M. Muamba Kantu Kanjila, gouverneur intérimaire honoraire de l’ancien Kasaï Occidental, a proposé, en dépit de son adoption par référendum dans la Constitution de 2006, la dénomination de la « Province de Lulua » en lieu et place de celle du « Kasaï Central ».

Selon lui, la dénomination du Kasaï Central est inappropriée compte tenu du contexte historico-socio-géographique du terrain. La rivière Lulua baignant la grande partie des territoires qui composent le Kasaï Central, à l’instar de la rivière Kasaï dans la province du même nom, devrait céder son nom à la nouvelle entité administrative, a-t-il ajouté.

D’autres avis soutiennent néanmoins la dénomination du Kasaï Central pour éviter toute coloration tribale à même de disperser les énergies dans les mentalités des habitants de cette province.

Grogne des agents de la DRKAT à Likasi

Likasi, 19/08 - Les agents sous contrat de la Direction des recettes du Katanga (DRKAT) ont manifesté mardi leur ras-le-bol face à ce qu’ils ont qualifié d’« injustice » en matière de recrutement au sein de cette institution financière du Katanga.

En effet, dans un mémorandum adressé au gouverneur de l’ex-Provence du Katanga, avec copies au président de la République et au Premier ministre, ces agents non mécanisés ont exprimé leur mécontentement après la publication de la liste d’engagement de 26 agents de la DRKAT à partir de Lubumbashi.

Ce mémorandum a été signé par 45 agents sous contrat de l’agence de la DRKAT/Likasi, qui ont indiqué qu’ils ont totalisé 5 ans de service toujours dans l’attente de leur engagement.

Les manifestants sont descendus dans la rue jusqu’à la mairie, où leur action n’a pas abouti. Les représentants de l’employeur ont engagé avec eux des pourparlers pour les appeler à la patience.

Arrivée à Goma de la dépouille mortelle du député Shomwa Mongera

Goma, 19/08 - La dépouille mortelle du député national Shomwa Mongera Tanganyika, décédé à Kinshasa de suite d’une maladie, est arrivée mardi à Goma, en provenance de Kinshasa, apprend-on d’une source provinciale du protocole d’Etat au Nord-Kivu.

Le corps du défunt est arrivée à bord d’un régulier de la compagnie aérienne CAA et a été conduit, pour exposition, dans la salle polyvalente du Full Gospel où sont prévus les derniers hommages.

A l’aéroport, le corps de ce député élu de Masisi a été accueilli par plusieurs personnalités parmi lesquelles le gouverneur de la province du Nord-Kivu, Julien Paluku Kahongya, ainsi que les amis et connaissance.

Selon le programme publié, le corps sera mis en terre mercredi au cimetière de Kanyamuhanga. Peu avant d’embarquer pour Goma, le corps de Shomwa Mongera a été exposé à l’esplanade du Palais du peuple, à Kinshasa où le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, lui a rendu les derniers hommages.

Avant son élection comme député national, feu Shomwa Mongera a assumé successivement les fonctions de vice-gouverneur chargé des Finances du Nord-Kivu puis de gouverneur intérimaire de la même province. Il a été inhumé lee mercredi 19 août au cimetière Kanyamuhanga de Goma, en présence de plusieurs personnalités locales.

Retour progressif des habitants de Ntonto dans leur village

Goma, 19/08 - Les habitants de Ntonto, village du territoire de Walikale dans la province du Nord-Kivu, ont commencé à regagner progressivement leur village depuis la semaine passée, a-t-on appris lundi de source militaire.

Ces habitants fuyaient les accrochages entre les éléments de Nduma Defence of Congo, NDC, du milicien N'tabo Taberi alias Tcheka contre la coalition commandée par Delphin et Guidon, dans le village de Ntonto du groupement Ihana.

Selon cette source, c’est depuis maintenant six mois que les deux groupes armés se font la guerre dans cette entité, causant des violations et déplacements de la population. Ce retour progressif est la résultante du déploiement dans cette partie des FARDC déterminées à mettre un terme au phénomène des groupes armés.

Coupures intempestives d'électricité au centre-ville de Lubumbashi

Lubumbashi, 19 août - Des coupures intempestives d'électricité ont été observées jeudi 13 août à Lubumbashi, chef-lieu de la nouvelle province du Haut-Lomami. Une panne survenue au support du réseau électrique situé à la frontière avec la Zambie perturbe la distribution de l'énergie électrique dans cette ville depuis plusieurs semaines, rapportent les responsables de la Société nationale d'électricité (Snel).

Thierry Kapesa, directeur chargé du transport de l'énergie haute tension à la Snel, explique cette perturbation de la fourniture d'électricité par la baisse du niveau d'eau dans différents barrages hydroélectriques, qu'il attribue aux perturbations climatiques et à la vétusté du matériel de la Snel.

Une hypothèse que rejette le climatologue Jean-Pierre Ndjibu. Depuis 10 ans, affirme celui-ci, Lubumbashi a connu une variation pluviométrique mais pas celle de la quantité des précipitations.

Pénurie d'eau et d'électricité à Kindu

L'eau ne coule plus des robinets de la ville de Kindu au Maniema depuis une semaine. Des sources sur place affirment que la ville est également confrontée au manque d'électricité et la population peine à faire ses besoins ménagers.

La Regideso attribue cette situation au manque d'électricité dans la ville alors que la Snel, de son côté, parle d'une baisse sensible d'eau au niveau de la centrale hydroélectrique de Lutchurukulu et des pannes sur sa ligne haute tension.

Selon des témoins, des scènes de bagarres sont enregistrées au niveau de l'unique point de vente d'eau potable de la Regideso, chacun voulant être servi en premier. Pour sa part, le directeur provincial de la Snel au Maniema, Georges Mwetu Tuikale, explique cette situation par la diminution d'eau dans le grand bassin de Kalima, mais également par des pannes sur la ligne électrique haute tension: "Nous avons des problèmes sur la ligne. Nous avons déjà envoyé deux équipes qui sont en train de chercher la panne pour la réparer. Nous avons aussi de sérieux problèmes dans le bassin, où il n'y a presque plus d'eau. "

Les jeunes Kinois de plus en plus tentés par les paris sportifs

Kinshasa, 19 août - Les jeunes gens de Kinshasa sont de plus en plus hantés par le jeu Pari-Sportifs qui se livrent à travers la ville, a-t-on récemment constaté.

Les terrasses et divers milieux de Pari-sportifs sont envahis par un grand monde surexcité qui, accroché aux postes téléviseurs pour suivre les rencontres sportives, s’adonne au jeu dans le but de gagner de l'argent. L'un des férus de ce jeu, Alonge Wernkes, a indiqué que la plupart des Kinois s'adonnent à ce jeu dans l'espoir de gagner de l'argent, en soutenant ou non une équipe.

Ainsi, face à cet engouement, les sociétés de Pari-sportifs se multiplient dans la capitale congolaise en vue d'offrir aux jeunes Kinois un espace de distraction. Ces derniers, souvent sans emploi, ont découvert à travers ce jeu un moyen pour essayer de gagner de l'argent pour survivre.

" Nous nous livrons au jeu de hasard pour tenter la chance de gagner des millions de FC ", soutient un parieur non autrement identifié, qui ajoute que « les problèmes liés notamment à l'énergie électrique, nous poussent à fréquenter ces sociétés qui s'efforcent à avoir du courant pour nous permettre de suivre des matches et valider nos paris ».

Rareté d’essence sur le marché de Kananga

Kananga, 19/08 - Le prix d’un litre de l’essence est passé à la pompe depuis quelques jours de 1 900 Fc voire 2 000 Fc à 2 500 Fc sur le marché de Kananga, chef-lieu de la province du Kasaï Central, occasionnant du coup la rareté de ce produit, a-t-on observé mardi.

Cette hausse consécutive à la rupture du stock de l’essence est également perceptible chez les revendeurs, communément appelés « khadafi ». Les files d’attente qui étaient remarquables dans les quelques stations d’essence de Kananga en fin de la semaine passée ont totalement disparu depuis lundi.

La pénurie d’essence a entraîné à son tour la révision à la hausse du taux de transport en commun, notamment dans le secteur des taxis-motos, une course qui se négociait à 300 Fc passant à 500 Fc, celle de 500 Fc à 800 Fc voire 1 000 Fc. Les opérateurs économiques du secteur n’ont donné aucune indication sur la normalisation éventuelle de la situation.

Avec l’ACP et l’APA

A gauche, des "khadafi" à Kananga - A dr, des jeunes sans emploiA gauche, des "khadafi" à Kananga - A dr, des jeunes sans emploi

A gauche, des "khadafi" à Kananga - A dr, des jeunes sans emploi

Commenter cet article