Contentieux frontalier entre la RDC et le Sud-Soudan

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Des populations du Sud-Soudan
Des populations du Sud-Soudan

Bunia, 04/09 - Les députés et sénateurs originaires de l'Ituri ont déploré, lors de leur 7ème rencontre tenue à Aru, du 27 au 31 août courant, la construction illégale d'un bureau du groupement sud-soudanais à Kimba sur le sol de la République démocratique du Congo, précisément dans la chefferie des Kakwa dans le territoire d'Aru.

Cette construction érigée en territoire congolais par un pays tiers lance de facto un contentieux frontalier entre la RDC et l’Etat concerné, à savoir le Sud-Soudan.

Selon le président du caucus, le député national Joas Mbitso Ngeza, qui vait conduit une mission d’enquête le vendredi 28 août dans cette contrée, sa structure souhaite qu'une commission de médiation soit mise sur pied pour la résolution pacifique de ce contentieux frontalier entre la RDC et le Sud-Soudan, comme ce fut le cas avec l'Ouganda du coté du groupement Ofo à Aru.

Il a par ailleurs demandé au gouvernement de prendre des dispositions nécessaires avant que le conflit ne soit ouvert entre les deux pays voisins. Selon le président des élus de l’Ituri, les populations d’un village sud-soudanais voisin avec Kimba et Kengezi en RDC s’installent progressivement au territoire congolais, comme en témoigne ce bureau d’un groupement du Soudan du Sud, mais aussi des maisons de commerce et des huttes qui sont déjà érigées du côté congolais.

Joas Mbitso Genza, qui déplore l'immobilisme des autorités nationales, qualifie cette situation d’occupation du territoire congolais par le Soudan du Sud voisin. Les parlementaires de l’Ituri se disent inquiets de cette situation qui, selon eux, risque d’envenimer les relations de voisinage entre les deux pays.

Ainsi, après « la guerre des frontières » déclarée avec le Rwanda, mais aussi avec l’Ouganda, un troisième pays vient s’inviter dans le dépècement du territoire congolais, estimant sûrement qu’avec l’amateurisme affiché par Kinshasa dans la gestion de l’Etat, il est temps de s’octroyer un lopin de terre sur le terrain de ces autorités nationales qui ont rarement l’habitude de réagir.

Avec l’ACP

Lire aussi notre article d'hier sur "La guerre des frontières entre la RDC et le Rwanda".

Commenter cet article