Cybercriminalité : Des escrocs congolais du web utilisent également le nom de la MONUSCO

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Un des responsables de la MONUC à l'est de la RDC
Un des responsables de la MONUC à l'est de la RDC

Bunia, 13/09 - Le bureau de la MONUSCO en Ituri a dénoncé mercredi l'utilisation à des fins d'escroquerie. Anne Herrmann, son chargée de l'Information publique, a menacé au cours du point de presse hebdomadaire de saisir la police pour toutes tentatives d'escroquerie utilisant le nom de la MONUSCO en ce qui concerne les offres d'emploi à la mission onusienne.
Le personnel de la MONUSCO exécute sa mission sans solliciter de paiement auprès de la population et que chaque membre du personnel de la MONUSCO est porteur d'une carte d'identité sécurisée des Nations-Unies, a-t-elle souligné, avant de préciser que toutes les offres d'emploi de la MONUSCO sont publiées via le site internet de Radio Okapi et que la procédure de sélection et de recrutement du personnel de la MONUSCO repose sur une évaluation objective des compétences des candidats.
Selon elle, toutes demandes de paiement en échange de la promesse d'une offre d'emploi au sein de la MONUSCO ou autres actions rentrant dans le cadre du mandat de la MONUSCO doivent être considérées comme une escroquerie, a-t-elle rappelé.

Des politiciens ont également leurs identités usurpées

Notre blog lesignalducontinent avait évoqué ce nouveau phénomène le 9 août dernier. Nous avons révélé en primeur que des Congolais ouvrent plusieurs pages sur Facebook aux noms de personnalités connues à Kinshasa : des ministres, des députés et même des membres de famille du président Joseph Kabila, avec des photos de profil souvent ramassées dans des publications de presse en ligne. La déclaration de la MONUSCO renseigne que des noms d'organisations sont également usurpés à cette fin.
Grâce à la page Facebook au nom usurpé, l'escroc propose du travail au compatriote, un poste de conseiller, de chargé de recrutement, de représentant provincial, etc. L'échange de messages peut durer deux à trois jours avec "le ministre", le "DG" ... question de mettre le correspondant en confiance.
L'étape suivante est celle de la constitution du dossier en vue de finaliser le recrutement. On vous fait alors savoir qu'il faut un "Extrait de casier judiciaire" ou un autre document à fournir en urgence et qu'il faut rapidement envoyer 100 voire 200 dollars pour l'obtenir. Comme tout se négocie en RDC, jusqu'aux documents administratifs, il est difficile de renifler l'arnaque. Via Western Union la plupart des cas, le montant exigé est vite envoyé et le tour est joué. A partir de là, vous ne recevez plus aucune autre réponse de votre correspondant de Kinshasa.

Un de ces célèbres escrocs se nomme André Safari

Devant une carte de visite aussi ronflante, il est difficile d'effleurer l'arnaque si vous n'avez pas l'information. Le faux ministre sur Facebook, le faux DG ou autre informera son correspondant que pour la finalisation du dossier, il fut entrer en contact et ne traiter dorénavant plus qu'avec "le chargé du recrutement" et qui encaissera votre argent. Un certain André Safari Kimeme, s'est spécialisé dans cette arnaque sur Facebook. Celui-ci prend le relai du "ministre" pour vous entretenir avec un baratin digne des grands escrocs, qui débouchera sur le paiement via Western Union en vue de l'obtention d'un extrait de casier judiciaire ou autre document urgent. André Safari Kimeme vous donnera ses coordonnées e-mail : andresafari6@gmail.com ainsi que téléphonique : 0852889635. Plusieurs autres Congolais sont également sur le coup.
Ainsi en cherchant sur Facebook, vous tomberez sur des dizaines de pages Olive Lembe, Jeannette ou Janet Kabila, Joseph Kabila, Zoé Kabila, Matata Ponyo, Thomas Luhaka, Olivier Kamitatu ou Kimbembe Mazunga. Le nombre de pages pour une seule personne devrait faire tiquer. Comme nous l'avons signalé, le champion toutes catégories des identités usurpées est sûrement Matata Ponyo : Pas moins de 14 pages Facebook découvertes, sans compter 10 pages "Amis de Matata Ponyo" ! Il est talonné de près dans ce palmarès lugubre par Olivier Kamitatu, avec 13 pages Facebook. Allucinant !
Prudence donc, mais aussi la sécurité nationale devrait se pencher sur ce nouveau phénomène comme le font la plupart des pays du monde. Car la place de ces escrocs de la trempe de l'obscur André Safari Kimeme ne se trouve que derrière les barreaux et nulle part ailleurs.

Cornelis Nlandu, avec l'ACP

Commenter cet article