Le 1er vice-président du parlement congolais démissionne

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Charles Mwando Nsimba
Charles Mwando Nsimba

Bruxelles, 18/09 – M. Charles Mwando Nsimba, un vétéran de la politique congolaise, a démissionné jeudi de son poste de premier vice-président du parlement congolais, apprend-on vendredi.

Originaire du Katanga, il est l’un des sept signataires de la lettre au président Kabila demandant à celui-ci un « respect absolu de la Constitution et des délais constitutionnels dans l’organisation des élections », en clair qu’il puisse absolument quitter le pouvoir en 2016.

A l’issue de sa réunion jeudi à Kingakati en banlieue de Kinshasa, élargie à son allié le PALU, la Majorité présidentielle avait demandé aux parlementaires des partis concernés par la lettre de désavouer leurs chefs ou démissionner.

Par ordonnances présidentielles, deux autres chefs de partis signataires, à savoir Olivier Kamitatu, ministre du Plan, et Pierre Lumbi, conseiller spécial en matière de Sécurité du président congolais, ont également été révoqués de leurs fonctions respectives dans la débandade généralisée qui a suivi la publication de la missive le mardi.

Il reste un autre poids louds signataire, le bouillant Katangais Gabriel Kyungu wa Kumwanza, qui conserve encore son poste de président de l'Assemblée provinciale de l'ex-Katanga et qui, juridiquement, pourra difficielemnt être déboulonné, avec l'émiettement des provinces. Mais nous sommes en RDC où "le miracle congolais ordinaire" peut toujours produire des effets.

Sont également visés par la décision de la Majorité le rapporteur et le questeur de l’Assemblée nationale, le MSR Robert Ezadri et l’ARC Elysée Minebwe, sommés de démissionner ou de se désolidariser des chefs de leurs partis respectifs.

Le Sénat n’est pas non plus épargné. En effet, la tête du MSR Modeste Mutinga, rapporteur et patron du puissant média Le Potentiel, est aussi mise à prix, comme celle du 2ème vice-président, l’ARC Losembe.

Quant au gouvernement, sont concernés les ministres membres des partis signataires de la lettre du G7, à savoir Bienvenu Liyota, ministre de l’Environnement, le MSR Bolengetenge des Affaires foncières et l’ACO Sama Lukonde des Sports. Un véritable séisme à Kinshasa.

C.N

Commenter cet article