Le Kongo Central dresse l'inventaire de ses sites historiques et touristiques

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le monument aux porteurs à Mpozo
Le monument aux porteurs à Mpozo

Matadi, 16/09 - Le directeur provincial de l’Office national du tourisme (ONT)/Kongo Central, Roger Kapesa Malumba, a déclaré mardi à l’ACP que cette province est l’une des rares de la République démocratique du Congo (RDC) à héberger d’importants sites historiques et touristiques.

Les sites historiques, a-t-il relevé, sont ceux liés à l’ouverture du pays à la colonisation occidentale, notamment le baobab de Stanley, la première résidence du gouverneur du Congo, la première voiture et la première cathédrale à Boma, la 1ère capitale du Congo à Vivi avec les restes de la maison du célèbre explorateur Henry Norton Stanley ainsi qu’à Matadi les monuments aux porteurs, à l’embouchure de la rivière Mpozo, et de Belvédère marquant respectivement le sentier des caravanes et la construction du chemin de fer Matadi–Kinshasa long de 365 kms.

S’agissant des sites touristiques, le directeur provincial de l’ONT a cité, parmi les plus connus, le pic Cambier (du nom de l’inspecteur belge Ernest-Françaois Cambier qui le découvrit en 1888, actuellement débaptisé en Mont Kinzau) à Matadi ainsi que la tombe de M. Gadio dans la localité de Tombangadio à proximité de Mpalabala, à environ 9 kms de Matadi sur la voie ferrée.

A cela s’ajoutent le baobab et le rocher de Diego Câo, au début des rapides de Yalala sur le fleuve Congo, en amont de la ville de Matadi sur lequel l’’explorateur portugais écrivit en taillant dans ce rocher, en 1485, la marque de son passage. Il a également cité les grottes de Mbanza-Ngungu avec ses poissons aveugles mais aussi la plus longue grotte du monde et un atelier préhistorique de tailleurs d’armes en silex ainsi que les chutes de la rivière Zongo dans la Lukaya.

M. Kapesa a soutenu que ces sites, mieux entretenus, pourraient générer des recettes pour le trésor public, soulignant la nécessité d’investissement.

Mais le ministre provincial en charge du Tourisme, dont nous nous sommes permis de compléter les propos pour coller à la vraie réalité historique et touristique de la province, a également omis de mentionner, dans le même registre, le Jardin botanique de Kisantu dans le territoire de Madimba avec ses multiples espèces végétales et un musée des Sciences naturelles, le site touristique du Barrage d’Inga, la plus formidable réserve de houille blanche au monde, la Station balnéaire de Nsiamfumu, une plage au bord de l’Océan atlantique avec une épaisse forêt de cocotiers, les plages de sable de Banana qui se prêtent à la promenade en canot sur l’embouchure dans un défilé de criquets, îles et berges de palétuviers, le Parc marin des Mangroves sur l’estuaire du fleuve Congo, destiné à la protection de l’immense forêt des palétuviers et de sa riche aquafaune, dont l’espèce vedette est le lamantin.

Cornelis Nlandu, avec l’ACP Matadi

Commenter cet article