UDPS : François Tshipamba Mpuila et compagnie radiés du parti

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Etienne Tshisekedi, au milieu en chapeau
Etienne Tshisekedi, au milieu en chapeau

Bruxelles, 24/09 - La présidence , Exécutif national de l’UDPS, réunie le mardi 22 au siège national de ce parti à Limete sous la conduite du se crétaire général de cette formation politique, M. Bruno Mavungu Puati, en vue d’examiner « les agissements déplorables des prétendus 26 membres » résidant à l’étranger et qui se sont rendus « coupables de déclarations insolites » au mépris des textes qui régissent l’UDPS, a décidé leur radiation définitive. Il s’agit du Dr François Tshipamba Mpuila et de tous autres participants au « conclave de Bruxelles ».

Dans une « déclaration politique » publiée le même jour à Kinshasa, la présidence de l’UDPS fait savoir, en ce qui concerne la tenue de ce conclave, qu’aucune disposition des statuts ne prévoit un tel forum et l’a, en conséquence, jugé illicite, ajoutant qu’il n’a jamais existé de vacance à la tête du parti et que les instances dirigeantes et compétentes de l’UDPS n’ont jamais constaté un tel « fait insolite ». La déclaration relève par ailleurs que le Dr Etienne Tshisekedi, « président élu de la RDC » et président du parti, en qui « tous les cadres et membres du parti ont confiance », continue de « diriger, de main de maître » les destinées de l’UDPS.

Aux termes de la déclaration, la tenue dudit conclave relève de la « pire rébellion et viole les dispositifs de l’article 19 des statuts », tandis qu’au sujet de la désignation du candidat du parti à l’élection présidentielle, seul le Congrès, organe suprême, en a la compétence.

Par conséquent, la présidence du parti prend acte de l’auto-exclusion des personnes ayant pris part à ce conclave. Les 26 frondeurs de l'Union pour la Démocratie et le Progrès social, rappelle-t-on, s’étaient réunis en "conclave" à Bruxelles du 18 au 20 septembre, et avaient décidé d’évincer de la direction du parti son leader historique, Etienne Tshisekedi wa Mulumba, et désigné un président "provisoire" en la personne de M. André Kalonzo Ilunga. Dans la foulée, ils avaient également proposé au « congrès extraordinaire » la candidature du Dr François Tshipamba Mpuila comme candidat à l'élection présidentielle prévue en 2016 en novembre.

Dans le rapport final de ce conclave, ces membres de l'UDPS avaient estimé que le parti n'a plus de leadership depuis que M. Tshisekedi avait "pris congé" du parti en 2013. Le vieil opposant historique, 82 ans, séjourne depuis la mi-août 2014 en Belgique, où il est en "convalescence", selon ses proches.

Les putschistes avait aussi fait état d’une crise profonde au sein du parti, dont ils attribuent la responsabilité à M. Tshisekedi et aux différents actes et comportements répréhensibles et condamnables qu'il a, selon eux, posés, notamment la publication de nouveaux statuts de l'UDPS, sans approbation par un congrès, et l'"ingérence de sa famille biologique", une allusion au rôle joué par son épouse, "Maman" Marthe, et par son fils Félix - dauphin virtuel du vieil opposant sans l'aval de la base du parti.

(Suivra : Notre commentaire : UDPS, un éternel gâchis)

Cornelis Nlandu

La déclaration politique de la prsidence de l'UDPSLa déclaration politique de la prsidence de l'UDPS

La déclaration politique de la prsidence de l'UDPS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article