BREVES/Huit personnes tuées dans un accident de circulation sur la Nationale n°1 Matadi-Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

BREVES/Huit personnes tuées dans un accident de circulation sur la Nationale n°1 Matadi-Kinshasa

Matadi, 29/10 - Huit personnes ont été tuées et plusieurs autres grièvement blessées dans un accident de circulation survenu mardi sur la route nationale Matadi-Kinshasa, à la hauteur de la localité de Luila, dans le territoire de Kasangulu, a-t-on appris mercredi de source territoriale.

Un bus transportant des marchands avec leurs produits agricoles, en provenance de Mbanza-Ngungu pour Kinshasa, est entré en collision avec un véhicule de gros tonnage en stationnement, pendant que le chauffeur du bus effectuait une manœuvre de dépassement mal négociée due à une imprudence, ont affirmé quelques rescapés.

Les blessés ont été admis à l’hôpital diocésain de Kisantu, tandis que les dépouilles des personnes décédées ont été déposées à la morgue de Kasangulu.

4 personnes tuées dans un accident de circulation à Lubumbashi

Quatre personnes ont été tuées mardi dans un accident de circulation survenu au niveau de l’entreprise brassicole Bralima dans la commune de Kampemba, à Lubumbashi au Katanga.

Une jeep de marque Ford en provenance de la commune de Kenya et roulant à vive allure a percuté un motocycliste, qui est décédé sur place.

Le chauffeur du véhicule, voulant s’échapper de la vindicte populaire, est allé encore heurter deux vendeurs de beignets, avant de finir sa course dans les caniveaux au niveau de la Bralima.

La jeep avait à son bord deux personnes dont l’une a succombé sur place, tandis que le conducteur a réussi à prendre la fuite. Les victimes ont été immédiatement acheminées à la morgue de l’hôpital général Jason Sendwe.

Un chauffeur de taxi brûlé au 3ème degré dans une dispute avec un agent de la PCR

Un chauffeur de taxi, dont l’identité n’a pas été révélée, s’est brûlé mercredi à Lubumbashi, jusqu’au 3ème degré, à l’aide de l’essence qu’il s’est aspergé sur lui-même avant de s’accrocher à un agent de la police de roulage au cours d’une dispute avec ce dernier, a-t-on appris des témoins de l’évènement.

L’infortuné, grièvement blessé, a été transféré à l’hôpital Jason Sendwe où il a été admis en soins intensifs, tandis que l’agent de la police, également blessé, a été acheminé à l’hôpital de la Gécamines-Sud pour des soins appropriés, renseigne la même source.

Cet incident malheureux qui alimente les conversations dans tous les milieux de la ville de Lubumbashi suscite un débat sur la problématique des tracasseries des agents de la PCR à l’endroit des usagers de la route en général et des chauffeurs taxi en particulier.

Kongo Central : L’implication de la province sollicitée dans les investissements dans l’innovation

Matadi, 29/10 - L’implication totale des autorités provinciales du Kongo Central a été sollicitée en vue de gros investissements dans les activités de la science, de la technologie et de l’innovation dans cette province, lors d’un colloque organisé dernièrement à Matadi par le Centre de recherche multidisciplinaire pour le développement (CRMD)/Matadi, a-t-on appris mercredi de la direction générale de ce centre basé dans cette ville portuaire.

Le colloque organisé sous le thème « la recherche scientifique, socle du développement dans le monde tout comme dans la province du Kongo Central », a recommandé notamment le renforcement des capacités humaines, institutionnelles et infrastructurelles afin de promouvoir les sciences des matériaux, les biotechnologies, les technologies de l’information et de la communication et les technologies vertes.

Pour la revalorisation du Kikongo ya leta

Il a proposé la revalorisation de la variante kikongo ya leta qui, a-t-on souligné, doit servir de langue d’opinion ainsi que la promotion dans toute la province, surtout dans les Cataractes et la Lukaya, où elle encore faiblement usitée.

Le colloque a également recommandé la conscientisation du Peuple kongo pour revaloriser sa langue et sa culture, le recensement des documents écrits sur l’histoire du peuple kongo en RDC et à l’étranger, dans le cadre de l’ouverture d’une bibliothèque provinciale en la matière.

La mise sur pied des mesures de régulation et de gestion des ressources halieutiques afin de garantir une exploitation durable et la poursuite des recherches pour constituer une banque de données sur la biodiversité, la pollution, la sédimentation, la pêche et la productivité sont d’autres recommandations formulées lors de ces assises de deux jours, qui avaient été ouvertes par le ministre provincial de l’Education.

Le directeur général de la CRMD/Matadi, Nicolas Mwanza Ndunda, a relevé l’objectif principal poursuivi par ce centre, qui est de chercher des solutions aux problèmes de développement des milieux ruraux du Kongo Central en particulier et de la RDC en général par la revalorisation des connaissances détenues par les autochtones en les modernisant et en les vulgarisant.

Il a sollicité de l’autorité provinciale la mise à la disposition du centre d’un terrain expérimental, en vue de lui permettre de mener à bien des activités de recherche dans la province.

Une femme présumée sorcière tuée par des élèves

Bukavu, 29/10 - Une femme présumée sorcière a été tuée le week-end dernier dans la localité de Lemera par des élèves et la population en colère, dans le territoire insulaire d’Idjui.

La prétendue sorcière était accusée par la population d’avoir jeté un sort à un élève de l’Institut Lugano qui, amené à l’hôpital général de Monvu, y a trouvé la mort le vendredi 23 octobre 2015. A l’arrivée du corps du défunt à la maison familiale pour le deuil, les personnes qui soupçonnaient la femme de sorcière et d’être à la base de cette mort l’ont copieusement tabassée jusqu’à ce que mort s’ensuive.

Son enterrement a eu lieu après le constat par les autorités compétentes alors que l’enquête se poursuit pour établir la vérité. Certains observateurs et les défenseurs des droits de l’homme en territoire d’Idjui condamnent cet acte de justice populaire.

Une jeune fille de 15 ans appréhendée pour vol d’un enfant de 2 mois

Kalemie, 29/10 - Une jeune fille de 15 ans nommée Fatu Salima, en provenance de la Tanzanie, a volé, le mardi 27 octobre, un bébé de deux mois de sexe féminin, nommé Mwavita, dans la localité Tabacongo à 18 km du centre ville de Kalemie, dans la province du Tanganika. Après avoir commis ce vol, la jeune fille, à la recherche d’un emploi, a amené le bébé vers le centre ville de Kalemie à bord d’une moto prise en location.

Elle a été arrêtée le lendemain au marché de Kauka, au bord du lac Tanganika, et présentée à la presse par M. Bernard Bakalanganya Wema Bakonga, administrateur de territoire de Kalemie. Celui-ci a précisé que ce sont les membres du comité du marché de Kauka qui l’ont appelée pour venir vérifier la situation d’une fille de 15 ans avec un bébé de 2 mois à qui elle a été surprise de donner du miel mélangé avec un produit soporifique.

Le bébé, très affaibli, a été transporté à l’hôpital général de Kalemie pour des examens médicaux.

Fatu a reconnu avoir volé ce bébé qui dormait dans la chambre de ses parents. Elle a profité de l’absence de la maman, Rehema Kasindi, qui s’était déplacée pour assister à un deuil dans sa belle-famille à Tabacongo.

Le directeur général de l’ISP/Ubundu conduit à sa dernière demeure

Kisangani, 29/10 - Le directeur général de l’Institut supérieur pédagogique d’Ubundu, le chef de travaux Modeste Kapita, a été inhumé mardi 27 octobre au cimetière de Kamba-Kamba à Kisangani, a-t-on appris.

La cérémonie a eu lieu en présence des autorités politico-administratives ressortissant d’Ubundu, des professeurs et assistants des institutions d’enseignement supérieur et universitaire de la ville de Kisangani ainsi que des étudiants et ses anciens élèves.

Décédé le dimanche 24 octobre aux cliniques universitaires des suites de maladie, le chef de travaux Kapita a été à la tête de l’ISP/Ubundu depuis sa création en 2005.

Nord Kivu : Trois civils poignardés à Miriki par les FDLR

Miriki, 29/10 - Trois civils ont été poignardés par des gens identifiés comme des rebelles hutu rwandais FDLR, dimanche 25 octobre à Miriki, une bourgade du groupement Itala dans la chefferie de Batangi au sud du territoire de Lubero, indique un communiqué de la société civile parvenu ce mercredi à l’ACP.

Selon cette source, cet acte barbare est attribué aux éléments FDLR qui ont fait incursion au village de Miriki vers 21h00, notamment au quartier Kasunga.

Les victimes sont deux jeunes garçons âgés respectivement de 16 et 20 ans et une dame de 36 ans. Les premiers ont été pris en otage pendant qu’ils étaient en promenade et la seconde retirée de son domicile, précise la même source.

Les trois victimes ont été abandonnées à moitié morts par leurs bourreaux, qui ont pris une destination inconnue. Les activistes renseignent que les présumés rebelles hutus rwandais auraient raté les chefs coutumiers de la place, qui étaient leurs principales cibles, et promis de revenir une autre fois.

Par ailleurs, toujours dans la même contrée, trois personnes ont trouvé la mort par noyade suite aux pluies diluviennes qui s’abattent à longueur des journées sur cette contrée. Deux autres ont été foudroyées et suivent des soins dans une structure sanitaire de la place.

Cinq cents sacs de ciment interceptés à Bukavu en provenance du Rwanda

Bukavu, 29/10 - Cinq cents (500) sacs de ciments ont été interceptés en provenance du Rwanda, lundi 26 octobre 2015, par le service anti-fraude de la coordination provinciale.

Le coordonnateur provincial de ce service, Abas Kayonga, a révélé que ce lot est entré frauduleusement à Bukavu par le Beach Muhanzi dans la commune de Kadutu au bord du lac Kivu, via l’Ile d’Idjui, à bord d’une pirogue motorisée.

Les propriétaires de cette cargaison de ciment ont tous été arrêtés et sommés de payer les taxes dû à l’Etat après avoir été entendus.

L’Assemblée provinciale de la Tshopo accusée de discrimination

Kisangani, 29/10 – Les membres du personnel politique et d’appoint de l’Assemblée provinciale de la Tshopo déplorent la discrimination dont ils sont victimes de la part du bureau provincial de cette institution.

Dans un mémorandum remis à son président, Jean Michel Bondekwe Kicho Eleki, ils dénoncent des cas de révocations verbales et de recrutement du personnel, le paiement de deux mois de salaires aux collaborateurs privés qui ne détiennent aucune décision de nomination émise par l’Assemblée provinciale ainsi que le non paiement des arriérés de trois mois de salaires (juillet, août et septembre 2015).

Neuf détenus s’évadent de la prison secondaire de Kabare

Bukavu, 29/10 - Neuf détenus de la prison centrale de Kabare se sont évadés le week-end dernier de leur lieu d’incarcération, a informé l’autorité territoriale de Kabare. L’incident serait survenu par l’imprudence du surveillant et de deux policiers commis à la garde de la prison.

D’après l’administrateur du territoire, Gérard Kitungano, le surveillant est aux arrêts tandis qu’un policier suspecté d’être complice dans cet acte court toujours.

La dernière évasion de cette prison remonte au mois de juin dernier où deux détenus s’étaient fait la belle après une révolte due au manque de nourriture, après cinq jours sans manger.

Les organisations de défense des droits de l’homme et du développement de Kabare déplorent plusieurs cas d’évasion déjà connus en ce lieu de détention mais surtout l’insuffisance des éléments de la police y commis. Selon elles, quinze agents y travaillent et neuf policiers sont chargés de la garde, dont trois pour la journée, pour une prison qui héberge plus de cent -septante détenus dont sept femmes.

Avec l’ACP

Des policiers après une évasion

Des policiers après une évasion

Commenter cet article