FIFA : Le Sud-Africain Tokyo Sexwale candidat à la présidence

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le Sud-Africain Tokyo Sexwale
Le Sud-Africain Tokyo Sexwale

Kinshasa, 26/10 - Le Sud-Africain Tokyo Sexwale, compagnon de cellule de Nelson Mandela, est devenu, samedi, le cinquième candidat en lice pour succéder au Suisse Joseph Blatter à la tête du football mondial, en tant que président de la Fédération internationale de football association (FIFA).

"Tokyo Sexwale va être candidat à l'élection à la présidence de la Fifa" du 26 février, a affirmé samedi un assistant du riche homme d'affaires sud-africain de 62 ans, sans préciser si cette candidature avait officiellement été déposée au siège de la Fifa, à Zurich, avec les cinq signatures de fédérations nécessaires.

L’homme, qui a battit sa fortune dans le secteur des mines et des télécommunications, est le 5ème candidat officiel, après le Français Michel Platini, le président de l'Union européenne de football association (UEFA), actuellement suspendu 90 jours par la Fifa, le Prince Ali de Jordanie, le Français Jérôme Champagne, ancien secrétaire général adjoint de la Fifa, et David Nakhid, ancien capitaine de la sélection de Trinité-et-Tobago.

Le prince Ali, demi-frère du roi de Jordanie, était le seul candidat en course contre Blatter en mai et avait au passage empêché son élection au premier tour.

Soutien de Beckenbauer et première en Afrique

S'il était élu, Tokyo Sexwale serait le premier Africain à diriger la Fifa en 111 ans d'existence. Une telle ascension serait plus qu'étonnante pour un homme qui n'a jamais occupé de poste dans l'exécutif de l'instance dirigeante du football mondial. Il connaît cependant bien la Fifa, puisqu'il dirige depuis 2015 le comité de surveillance de l'instance pour Israël et la Palestine et siège au comité des médias de la Fédération.

"La SAFA a unanimement apporté son soutien à la candidature de Tokyo Sexwale", a déclaré la Fédération sud-africaine dans un communiqué un peu plus tôt samedi. M. Sexwale avait notamment reçu le soutien de Franz Beckenbauer, président d'honneur du Bayern Munich et vainqueur de la Coupe du monde avec l'Allemagne en 1974. "A un moment se présentera l'opportunité d'élire un président venu de l'extérieur, du monde économique et politique", avait déclaré début octobre "Kaizer" Franz, ancien membre du comité exécutif de la Fifa mais toujours très influent.

Longtemps donné sans rival, Platini est actuellement interdit de campagne, sa candidature étant de facto gelée tant que sa suspension ne sera pas levée ou n'aura pas expirée, le 5 janvier.

Michel Platini a été suspendu à titre conservatoire le 8 octobre par la commission d'éthique de la Fifa pour un versement controversé de 1,8 million d'euros reçu, en février 2011, de la part de Joseph Blatter, le président démissionnaire de la Fifa.

La date limite pour le dépôt des candidatures à la présidence de la Fifa est fixée au lundi 26 octobre, minuit. Après Tokyo Sexwale, un dernier candidat est encore attendu, avec le patron du football asiatique, le cheikh bahreïni Salman ben Ibrahim al Khalifa, vice-président de la Fifa.

Salman pourrait peut-être récupérer le soutien de l'Europe, à la recherche d'un plan B en cas d'empêchement définitif de Platini. Mais le Bahreïni traîne aussi ses boulets : il fait l'objet de vives critiques de la part d'organisations de défense des droits de l'Homme pour son rôle dans la répression du soulèvement démocratique de 2011.

Avec l’ACP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article