Trois journalistes arrêtés en plein studioSud-Kivu, selon des députés de l’Union européenne

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Une arrestation en RDC
Une arrestation en RDC

Bruxelles, 15/10 – Trois journalistes de la radio « Le messager du peuple » installée dans la province congolaise du Sud-Kivu ont été arrêtés le mardi13 octobre en plein studio par des éléments de l’Agence nationale de renseignement (ANR), indique un communiqué du Groupe des Socialistes et des Démocrates (S&D) au Parlement européen reçu jeudi.

Les trois journalistes ont été appréhendés à la suite de la diffusion d'une émission produite par une radio interdite au Burundi, précise ce groupe des parlementaires européens qui condamne vigoureusement l’acte anti-démocratique de et exige aux autorités de la République démocratique du Congo de libérer tous les journalistes arrêtés.

« Nous demandons la libération immédiate et sans condition de tous les journalistes arrêtés par l’agence nationale de renseignement (ANR), y compris le journaliste-technicien burundais de la Radio publique africaine (RPA), Egide Mwenero », souligne le communiqué signé conjointement par Gianni Pittella, président du Groupe des Socialistes & Démocrates au Parlement européen et Maria Arena, eurodéputée socialiste et porte-parole du Groupe S&D pour les conflits minéraux.

« Nous demandons aux autorités de la RDC de montrer de la solidarité nécessaire avec les Burundais en exil et de respecter la liberté de la presse. Le bâillonnement de l'information ainsi que les pratiques d'intimidation des journalistes sont inadmissibles », poursuit la source qui précise que « le respect des libertés fondamentales et des droits de l’Homme est la précondition nécessaire à toute coopération politique et économique entre l´Union européenne et la RD ».

En effet, « si un pouvoir a besoin d’une armée pour défendre sa démocratie, soit c’est une drôle d’armée, soit c’est une drôle de démocratie », avait dit un penseur.

Commenter cet article