BREVES/Campagne de sensibilisation contre l’utilisation de l’hydroquinone à Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Des produits éclaircissants
Des produits éclaircissants

Kinshasa, 5/11 - Les organisations de défense des droits humains, particulièrement celles qui luttent contre l’hydroquinone, entreprennent, à partir de la semaine prochaine, une campagne de sensibilisation contre l’usage des produits cosmétiques contenant l’hydroquinone dans les établissements universitaires et instituts supérieurs de Kinshasa.

Ces organisations indiquent que 70 % d’utilisateurs des produits à base d’hydroquinone sont des étudiants de l’enseignement universitaire et 10 % des élèves du secondaire. Elles dénoncent formellement les méfaits de l’hydroquinone dans l’organisme humain, notamment le cancer de la peau, le diabète, l’hypertension et la stérilité. Ces associations précisent que les jeunes de 15 à 40 ans s’exposent à de maladies parfois confondues avec le sida alors que c’est le cancer.

Le président de l’Association de lutte contre l’hydroquinone et des maladies de la peau (ALHYMP), Blaise Mpezo Munganga, a déploré la mauvaise foi des fabricants des produits cosmétiques qui font la ruse en marquant sur les emballages de ces produits des fausses mentions, telles que : « ce produit est sans hydroquinone », « ce lait est 100% sans hydroquinone », alors que ces derniers y injectent 10 à 30 % d’hydroquinone. Il estime que le gouvernement doit s’interdire l’usage de l’hydroquinone sur toute l’étendue du pays.

Deux morts sur 132 malades de choléra à Kalemie

Kalemie, 5/11 - Deux personnes sont déjà décédées sur cent trente-deux cas de malades victimes de l’épidémie de choléra qui sévit depuis la fin du mois d’octobre dans la zone de santé de Kalemie, chef lieu de la province du Tanganyika, a déclaré M. Bernard Bokalanganya Wima Bakolnga, administrateur de territoire de Kalemie, au cours d’une réunion qu’il a présidée mercredi.

Il a annoncé que la fréquence journalière de cette épidémie au centre de traitement de cholera de l’hôpital général de référence de Kalemie a augmenté de 18 malades par jour du 25 octobre au 1er novembre du mois en cours.

Selon le Dr Hubert Seti Kitungwa, médecin chef de zone de santé de Kalemie, c’est la localité de Kamkolobondo dans le quartier Kataki 1, au bord du lac Tanganyika, qui est sérieusement menacée par cette épidémie favorisée à Kalemie par la consommation de l’eau brute du lac.

Des maisons menacées par des érosions à Luzizila et Mata Nkumu à Mont Ngafula

Kinshasa, 5/11 - Quelques maisons situées dans les quartiers Luzizila et Mata Nkumu, dans la commune de Mont Ngafula, sont menacées d’écroulement suite à la progression des érosions sur ces sites, a-t-on constaté mercredi.

Selon les habitants de ces quartiers, cette situation est consécutive aux récentes pluies qui se sont abattues sur l’étendue de la ville province de Kinshasa, occasionnant de grandes fractures à différents endroits du sol. Certains habitants l’attribuent plutôt au manque de canalisation pouvant faciliter le drainage des eaux de pluies.

Essai de la culture de pomme de terre à Kigogo

Bukavu, 5/11 - Un essai de la culture de pommes de terre s’effectue actuellement dans la localité de Kigogo, chefferie de Lwindi dans le territoire de Mwenga, par l’antenne locale de l’organisation Regroupement des mamans de Kamituga.

Mme Antoinette Lunanga Wabiwa, secrétaire exécutive de cette association, a déclaré que cette activité vise à introduire la culture des pommes de terre dans cette entité administrative pour limiter significativement la dépendance des populations qui s’approvisionnent dans les territoires voisins et parfois dans les pays limitrophes.

Le champ expérimental est d’un hectare et les femmes bénéficiaires accompagnées par REMAK s’attendent à un bon rendement compte tenu des conditions écologiques du milieu favorables à cette culture, de la qualité des semences et des techniques culturales utilisées.

Pendant ce temps, 180 paysans pauvres dans la chefferie de Wamuzimu bénéficient d’un appui aux activités génératrices des revenus en termes d’intrants agro-pastoraux (semences de maïs, d’haricot, boutures saines de manioc et géniteurs des chèvres) dans le cadre d’un projet du conseil régional des Organisations non gouvernementales du Développement (CRONGD/Sud-Kivu), financé par l’Union Européenne dans les localités de Munimba, Mungombe, Kamituga, Kibe/Lubigi, Mitobo et Kitutu.

Libération de 14 personnes kidnappées sur le tronçon Kiseguro-Katwiguru

Goma, 5/11 - Les 14 otages, tous des enquêteurs pour le compte de l’organisme « Centre de développement rural de Rutshuru » (CEDERU), kidnappés le dimanche dernier par des inconnus armés sur l’axe routier Kiwanja-Ishasha dans le territoire de Rutshuru, ont été libérés mardi 03 novembre, au terme des opérations savamment menées par Forces armées congolaises.

Peu après leur libération, les 14 humanitaires ont été présentés à l’autorité provinciale représentée par le Dr Valérien Mbalutwirandi Kinywa, ministre provincial de l’Administration du territoire, qui a adressé un message de compassion pour le calvaire vécu 24 heures durant dans la brousse, loin des leurs.

A la presse, les quatorze personnes, libérées sans versement de rançon, ont indiqué n’avoir subi aucun acte de maltraitance, nonobstant les conditions de vie difficiles dans la brousse.

Augmentation de la production du diamant à la MIBA

Mbuji-Mayi, 5/11 - La production du diamant industriel à la société Minière de Bakwanga (MIBA) connaît actuellement une augmentation sensible grâce aux nouvelles stratégies d’exploitation mises en place par l’équipe dirigeante de cette entreprise minière. Les statistiques de la Direction générale de la MIBA révèlent que la production est passée de 1 000 à 5 000 carats par jour.

Avec cette augmentation de la production, l’entreprise tente de faire face à certaines exigences de fonctionnement et de la prise en charge du personnel, en attendant le financement extérieur promis par certains partenaires par l’entremise du gouvernement de la RDC.

Actuellement, les dirigeants de la MIBA se penchent sur le dossier relatif à l’approvisionnement régulier en courant électrique pour le fonctionnement du matériel de triage et d’exploitation ainsi qu’au carburant et aux pièces de rechange pour garder les matériels de production en état permanent de productivité. Autour des années 2000, la MIBA avait atteint une production de 10 000 carats de diamant par jour.

Avec l’ACP

Le diamant de la MIBA

Le diamant de la MIBA

Commenter cet article