BREVES/Un pasteur arrêté pour tentative de vol à l’Hôpital général de Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Un pasteur préchant assis sur ses fidèles
Un pasteur préchant assis sur ses fidèles

Kinshasa, 4/11 - Le pasteur Jacques Makwenge qui priait lundi pour les malades au pavillon 16 de l’Hôpital général de référence de Kinshasa a tenté de voler deux téléphones cellulaires d’une visiteuse, a indiqué mardi à l’ACP une garde malade, témoin de l’événement.

Selon Mme Marie-Thérèse Ndona, «le pasteur nous avait demandé de fermer les yeux pour prier pour les malades internés dans ce pavillon. A la fin de cette prière, une visiteuse a constaté la disparition de ses deux téléphones cellulaires qu’elle avait déposé sur le lit de son frère malade avant de fermer les yeux».

Alerté, le médecin responsable du pavillon a ordonné à la police de l’hôpital de bloquer toutes sorties et entrées du pavillon et de procéder immédiatement à une fouille de toute les personnes présentes dans la salle, a indiqué Mme Ndona soulignant que c’est à l’issue de cette fouille que les deux téléphones ont été retrouvés, à la grande surprise de l’assistance, dans le sac du pasteur Makwenge.

Déçu par ce comportement indigne d’un serviteur de Dieu, le médecin responsable du pavillon a laissé partir le pasteur, tout en lui demandant de ne plus mettre ses pieds dans les installations de cette formation hospitalière.

De drôles de cas d’épilepsie observés chez les adolescentes à Isongo

Inongo, 4/11 - De drôles de cas d’épilepsie sont observés ce dernier temps chez les jeunes adolescentes à Isongo, localité située dans le secteur de Bolia, à près de 60 km de la ville d’Inongo dans la province du Mai-Ndombe, annonce-t-on de source sanitaire.

Selon la même source, plus de 10 cas ont été observés où les jeunes filles tombent brusquement par terre, suivi de la perte de connaissance tout en bavant, avant de se relever 20 à 30 minutes après.

Alerté, le bureau central de la zone de santé d’inongo a dépêché une équipe sur le terrain afin d’enquêter autour de cette situation qui inquiète.

Campagne de sensibilisation pour revaloriser la filière café au Kongo Central

Boma, 4/11 - Le comité de pilotage de la filière café et cacao, composé de l’inspection de l’agriculture, pèche et élevage, de la Fédération des entreprises du Congo (FEC), de l’Office national de café (ONC) et de l’Office de gestion du fret multimodal (OGEFREM), a lancé le week-end à Boma, dans la province du Kongo Central, une campagne de sensibilisation de la population en vue de revaloriser la filière café, a indiqué mardi M. Kuika Tsoni, inspecteur de l’agriculture.

Selon ce dernier, la campagne de sensibilisation, lancée à l’intention de la population de Boma et du Bas-Fleuve, a été motivée par la présence de 23 pulpeuses dans le territoire de Lukula, dont six motorisées et dix-sept manuelles, acquises sur financement de l’Union européenne. Ces pulpeuses, a-t-il renseigné, ont poussé les associations paysannes de cette partie du Kongo Central à cultiver de nouveau, à entretenir et à receper les caféiers de leurs plantations jusqu’à obtenir un café de bonne qualité pouvant être mis sur le marché international, en dehors de la consommation locale.

Le comité de pilotage a exhorté les paysans à produire davantage pour bénéficier du fruit de leur production, surtout avec la présence d’un acheteur, une entreprise qui paie cash aux producteurs 1 000 Francs congolais le kilo, à la grande satisfaction de la population.

Deux ONG internationales, AGRISUD et CAFE AFRICA, ont été utilisées par l’Union européenne pour encadrer les associations paysannes qui cultivent le café dans cette partie du Kongo Central, a-t-on indiqué.

Flambée du prix des cossettes de manioc à Inongo

Inongo, 4/11 - La ville d’inongo, chef lieu de la province du Mai–Ndombe, connaît actuellement une flambée du prix des cossettes de manioc, dont le prix d’un sac est passé de 23 000 FC a 30 000 FC en l’espace d’une semaine.

Cette situation est consécutive a la rareté de cette denrée sur le marché, provoquée par l’abondance des pluies à Inongo, où il pleut chaque jour, paralysant de ce fait les activités agricoles et les voyages des armateurs pour le ravitaillement de la ville. Les chikwangues, elles, toujours vendues à 200 FC la pièce, ont néanmoins connue une légère diminution de volume.

Résurgence de l’insécurité à Butembo

Butembo, 4/11 – Les autorités de la ville de Butembo ont déploré, à la parade hebdomadaire de lundi 02 novembre 2015, la résurgence de l’insécurité de la ville où au moins trois assassinats et plusieurs cas de vols ont été enregistrés.

Parmi les victimes, le maire de ville Theodore Sikuly a évoqué le cas du journaliste Rachid Kasongo visité dans la nuit du vendredi au samedi par des bandits armés qui ont emporté sa moto, ses deux téléphones et tout son matériel de travail.

Dans le même cadre, le bourgmestre de la commune Kimemi, Gilbert Bwambale, a indiqué que ces actes d’insécurité sont toujours causés avec la complicité de la population qui ne veut pas dénoncer les malfaiteurs.

Dans la commune Vulamba, un agent de l’Etat a déjà été visité à sept reprises par des bandits armés. Au lieu de se plaindre, la population devait plutôt collaborer avec les forces de l’ordre en dénonçant ces malfaiteurs afin qu’ils soient neutralisés, estime le maire de ville Theodore Sikuly.

Seize personnes kidnappées par des hommes armés dans le territoire de Rutshuru

Rutshuru, 4/11 - 16 personnes dont deux femmes, tous agents de l’ONGD Solidarité pour le développement de Rutshuru, (SODERU), partenaire du Programme alimentaire mondial (PAM), ont été Kidnappées de retour d’une mission de contrôle de distribution des vivres, le dimanche 01 novembre dans la localité de Katwiguru sur la route de la cité d’Ishasha, dans le territoire de Rutshuru, a-t-on appris de sources familiales d’une des victimes.

Selon la source, ces agents revenaient de la cité d’Ishasha pour la cité de Kiwanja où ils sont allés préparer la distribution des vivres et non vivres pour le compte du PAM, quand ils sont tombés entre les mains d’inciviques lourdement armés.

Les victimes, à bord de deux véhicules de marque Land Cruiser, ont abandonné les deux engins à l’endroit où les inciviques avaient tendu leur piège. Selon la même source, deux femmes ont été libérées au motif qu’elles ne pouvaient pas effectuer une longue distance à pied.

Avec l’ACP

Le quotidien à l'est de la RDC

Le quotidien à l'est de la RDC

Commenter cet article