BREVES/Embouteillages persistants au pont « triangle » sur Bay Pass à Kinshasa

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Circulation à Kinshasa
Circulation à Kinshasa

Kinshasa, 18/11 -Les embouteillages devenus récurrents sur la route Bay Pass, allant de l’échangeur de Limete à la Cité verte, dans la commune de Mont Ngafula, gênent la circulation des personnes et de leurs biens, particulièrement sur le pont communément appelé « triangle ».

Cette œuvre d’art jetée sur la petite rivière Kalamu au croisement des avenues Université et By Pass est souvent confrontée au problème des inondations pendant la saison pluvieuse. Le tablier du pont, n’étant pas surélevé, ne favorise pas l’écoulement rapide des eaux, engendrant ainsi l’ensablement de la chaussée au niveau du pont et créant par conséquent des embouteillages monstres.

Cette situation oblige les véhicules sensés emprunter cette voie pour le centre-ville en passant par le Rond-point Ngaba, de passer par l’université pédagogique nationale (UPN) pour atteindre le centre-ville.

Double tarif pour « Ya Mado »

La traversée se fait soit par le dos, soit sur trois planches reliant les deux rives ou par charriot moyennant respectivement 500 FC, 300 FC et 100 FC soit 300 FC pour les trois planches. Le cas le plus marrant est celui d’une femme forte corpulence et donc grosse (appelée localement Ya Mado) qui, voulant se faire transporter sur le dos d’un jeune homme, s’est vue obligée de payer le double à cause de son poids.

6 000 dollars emportés au tribunal de grande instance de Kolwezi

Kolwezi, 18/11 -Des personnes non autrement identifiées ont emporté dans la nuit de lundi à mardi une somme de 6 000 dollars américains logée au cabinet du juge président du tribunal de grande instance de Kolwezi.

Selon des sources policières, ces personnes se sont introduites dans le bâtiment par effraction, en cassant les cadenas de la porte de la salle d’audience pour atteindre le cabinet du juge président et emporter plusieurs dossiers conservés au greffe.

Une enquête a été diligentée pour dénicher les cambrioleurs.

Un nouveau-né ramassé dans un collecteur à Likasi

Likasi, 18/11 - Un nouveau-né de sexe masculin, portant encore des traces de sang d’accouchement, a été ramassé mardi, tôt le matin, dans un collecteur au croisement des avenues Kasai et Cheko, dans la commune de Kikula à Likasi, ont rapporté des témoins.

Selon ces sources, un passant aurait découvert ce bébé abandonné dans les immondices. Parmi les badauds qui se sont attroupés, une personne a remarqué que le petit corps apparemment inerte avait bougé. Les femmes présentes sur le lieu sont descendues dans le collecteur et ont récupéré le bébé encore en vie, l’ont enveloppé d’un linge de fortune, avant de l’amener dans le centre de santé le plus proche.

L’une des femmes l’a aussitôt nommé « Dieu Merci ». La mère irresponsable avait jeté ce bébé à cet endroit dans l’espoir de le voir emporté par la pluie qui menaçait. Une enquête judiciaire a été ouverte pour retrouver la criminelle.

Une dizaine de mini-bus « esprit de vie » mis en fourrière pour non remboursement de crédit

Kinshasa, 18/11 - Une dizaine de mini-bus « esprit de vie » sont provisoirement arrachés de leurs propriétaires pour non remboursement de crédit d’achat, a annoncé mardi à la presse le président de l’association des propriétaires des véhicules de transport en commun, Moise Kabeya.

Selon lui, ces propriétaires accusent des arrières de remboursement de la dette contractée de plus de quatre mois, indiquant que selon le contrat signé, avec le gouvernement, le créancier devrait chaque mois verser un montant fixé.

Ces bus dénommés « esprit de vie » ont été cédés à crédit par le gouvernement à des tiers en 2014 dans le but d’éliminer progressivement de la circulation les mini-bus « esprit de mort » qui occasionnaient de nombreux accidents.

Les inondations menacent le trafic à l’intérieur de l’ex-province Orientale

Kisangani, 18/11 - Le trafic des marchandises et l’approvisionnement des centres de consommation tournent au ralenti dans l’ancienne Province Orientale à cause de crues des rivières et des inondations qui bloquent la quasi totalité des axes routiers de cette entité, a-t-on appris des usagers.

Des pirogues en provenance de Basoko, Opala et Isangi pour approvisionner la ville de Kisangani en denrées alimentaires se font rares du fait de la crue des eaux du fleuve Congo. Par ailleurs, dans le Bas-Uélé, on annonce les menaces de rupture du trafic entre Kisangani et Buta, la route étant envahie par des eaux de la rivière Télé à 80 km de Buta.

La même catastrophe est annoncée à 244 km de la rivière Likasi sur la route nationale NR6, à 140 km de Buta (route qui relie Ndji à Kisangani en passant par Bondo, Likasi et Buta). Ces inondations ont causé il y a près de deux semaines la rareté des produits alimentaires et entraîné la hausse des prix des denrées alimentaires (paddy, riz, haricot, arachide, huile de palme, etc) sur le marché de Kisangani.

Avec l’ACP

Inondation après une drache

Inondation après une drache

Commenter cet article