Fin de la grève des transporteurs routiers de la Nationale n°1

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Fin de la grève des transporteurs routiers de la Nationale n°1

Kinshasa, 25/11 - Le Président du principal syndicat des transporteurs routiers opérant sur la nationale n°1 Matadi-Kinshasa-Kikwit, Force routière du Congo (FORC), André Tshikoji, a annoncé la fin de la grève déclenchée par ses affiliés depuis le 16 novembre dernier, à l’issue de la réunion tripartite Gouvernement-Patronat-Syndicat présidée par le Premier ministre Augustin Matata Ponyo, mardi, à la Primature.

Pour M. Tshikoji, FORC et ses membres ont motivé cette position par l’engagement ferme pris par le gouvernement et les autres partenaires de réactiver le comité permanent de suivi des engagements du 19 janvier 2013.

Il a précisé que ledit comité devra descendre dans les 48 heures à Matadi, dans la province du Kongo Central, en vue d’amorcer le dialogue social avec les travailleurs du secteur des camions poids lourds avec, en toile de fond, le cahier des revendications soumises récemment au vice-Premier ministre, ministre de l’Emploi, du Travail et de la prévoyance sociale, Willy Makiashi.

Le président de FORC a aussi saisi cette opportunité pour « exiger aux entreprises d’une part de payer aux travailleurs (chauffeurs et convoyeurs) leurs primes et salaires et, de l’autre, de n’opérer aucune coupe fantaisiste et forfaitaire sur ces rémunérations ».

Respect des engagements

Le vice-Premier ministre Willy Makiashi, qui s’est exprimé au nom du gouvernement, a réaffirmé sa détermination de veiller au strict respect de différents engagements pris par les parties, dans la perspective de voir le secteur du transport routier reprendre ses activités, particulièrement en cette période de fin d’année où la ville de Kinshasa attend d’être approvisionnée en produits surgelés, secs et agricoles en provenance du Kongo Central et de l’ex-province du Bandundu. Il a ajouté que le dénouement de cette grève est le fruit d’âpres discussions au sein de la tripartite dont il a présidé les rencontres.

La tripartite avait pris, lors de sa réunion du 13 novembre 2013, des mesures transitoires pour désamorcer la grève. Il s’agit notamment du respect strict de l’Arrêté du gouverneur de la ville de Kinshasa portant réglementation relative à la circulation des véhicules de 20 tonnes et plus dans la capitale ainsi que de l’intégration du Comité professionnel des routiers dans la gestion des péages.

La partie gouvernementale était représentée, en plus du Premier ministre et du vice-Premier ministre, par le ministre des Transports et Voies de Communication, Justin Kalumba Mwana Ngongo et son collègue de l’Economie, Modeste Bahati Lukwebo. Du côté patronat, l’on a enregistré la Fédération des entreprises du Congo (FEC) et la Confédération des petites et moyennes entreprises du Congo (COPEMECO). Les membres de l’Intersyndicale et la FORC ont représenté les travailleurs.

Commenter cet article