Inhumation du journaliste Antoine-François Babungu Mosolo

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Des journalistes congolais en reportage
Des journalistes congolais en reportage

Bruxelles/Kinshasa, 23/11 - Le journaliste Antoine-François Babungu Mosolo, ancien secrétaire provincial de l’Union nationale de la presse du Congo (UNPC) et rédacteur en chef adjoint au quotidien Salongo, a été inhumé vendredi, au cimetière « Entre terre et ciel », après une célébration eucharistique dite en sa mémoire en la Paroisse St Dominique de Limete.

Des témoignages recueillis à cette occasion, on a noté celui du 1er vice-président de l’UNPC, Placide Tabassenge Bakiya, qui a admiré le sens élevé de chrétienté du défunt Babungu qui avait, lors de la réception, à Gbadolite, du comité provincial de l’UNPC par le maréchal Mobutu Sese Seko, soumis ses confrères de la délégation à un exercice de prière à la Sainte Vierge Marie, avant de s’entretenir avec le président de la République.

« Babungu, alias Babalou, fut un collaborateur modèle, l’une des plumes sorties dans le tas, sans école de journalisme et qui nous a profondément émerveillé tout au long de notre mandat à la tête de la corporation de la ville de Kinshasa, où il fut secrétaire et un véritable sage de notre génération », a reconnu M. Tabassenge, ancien président de l’UNPC/Kinshasa.

Auparavant, le célébrant de la messe, après avoir épilogué sur la mort, avait dit sa joie de voir Babungu rejoindre le Christ par ses actions au sein de la paroisse et sa sérénité profonde durant l’épreuve de sa longue maladie avant la mort, ajoutant que le défunt journaliste les épaulait régulièrement à publier les grandes activités de la paroisse.

Outre le 1er vice-président national de l’UNPC, le directeur de cabinet du président du Sénat, Denis Tabiana, ainsi que plusieurs journalistes de différents organes de la presse de Kinshasa et des fidèles catholiques ont assisté à cette célébration eucharistique.

Hommage à un aîné dans la profession

Pour ma part, j’ai personnellement connu le journaliste Babungu, à l’orée de mon entrée dans la profession. Nous nous étions souvent retrouvés en reportage, ensemble avec d’autres confrères de différents organes de presse, dont Ntedika du journal Elima ou encore Emile Lolo Luasu également de l’AZAP comme moi, aujourd’hui ACP (Agence congolaise de Presse).

En tant qu’aîné du groupe de reportage, mais aussi grâce à sa nature joviale, racontant souvent des anecdotes qui nous captivaient, Antoine-François Babungu réussissait souvent à amener le groupe à l’escorter jusqu’au quartier Yolo Sud, dans la commune de Kalamu où il résidait, avant que chacun ne prenne sa direction. Nous garderons un souvenir inoubliable de ce confrère à la voix rauque.

Avant de verser dans le journalisme, Antoine-François Babungu, décédé à l’âge de 72 ans, avait presté tour à tour comme enseignant à l’Athénée de Ngiri-Ngiri et comme cadre au groupe UNILIVER, notamment à la MARSAVCO et à la SEDEC. Il laisse une veuve, huit orphelins et 18 petits-fils.

Avec l’ACP

Commenter cet article