L’Assemblée nationale entérine la désignation du nouveau président de la CENI

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Une vue de l'Assemblée nationale
Une vue de l'Assemblée nationale

Kinshasa, 10/11 - Les députés réunis en séance plénière lundi ont voté la résolution portant désignation de deux nouveaux membres de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), pour combler le vide créé par les démissions successives de l’abbé Apollinaire Malu-Malu et de M. André Mpungwe, respectivement de la présidence et de la vice-présidence de cette institution d’appui à la démocratie.

Il s’agit de M. Corneille Nangaa, présenté par les confessions religieuses de la RDC au poste de président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), et de M. Norbert Basengezi Kantitima à la vice-présidence, proposé par la composante Majorité présidentielle, deux personnalités ayant une longue expérience dans le domaine des élections.

La plénière a, conformément à l’article 10 de la loi portant Organisation et fonctionnement de la CENI, pris acte de ces deux propositions émanant des composantes attitrées à cette fin, notamment la Société civile et les partis politiques.

Le nouveau président de la CENI a évolué depuis plusieurs années au sein de cette structure en qualité de secrétaire exécutif national adjoint et de directeur des programmes à l’école de formation électorale en Afrique centrale. Il est également facilitateur, expert Bridge depuis 2010, fonctionnaire international et consultant dans le domaine d’assistance technique électorale avec des organismes internationaux tels que la Fondation internationale pour les systèmes électoraux (IFES), l’Institut international pour la démocratie et l’assistance électorale (IDEA) et le PNUD.

M. Corneille Nangaa a offert son expertise dans certains pays africains dont la Cote d’Ivoire, le Niger, le Gabon, la Guinée, le Ghana, le Kenya, le Burundi, le Cameroun et le Madagascar.

Quant à M. Norbert Basengezi Kantitima, il a occupé le poste de 2ème vice-président de la Commission électorale indépendante (CEI) en 2006, avant d’être nommé ministre de l’Agriculture au sein du gouvernement Muzito I et II.

Démission de la questeur de la CENI

Le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, a par ailleurs annoncé la démission, lundi, de la questeur de la CENI, Mme Chantal Ngoyi Tshite, ancienne secrétaire exécutive nationale adjointe du MSR, répondant ainsi au vœu exprimé par la composante Majorité présidentielle dont son parti, membre du G7, faisait partie avant de choisir l’Opposition.

A une année des dates prévues pour les élections, locales, législatives et présidentielle, le démembrement de l’appareil électoral n’augure rien de bon quant au respect des délais constitutionnels cher à l’opposition. Que du contraire.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article