La poste congolaise se réserve l'exclusivité de l’expédition de colis de moins de 2 kilos

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

La grand'poste de Kinshasa, sur le Boulevard du 30 juin
La grand'poste de Kinshasa, sur le Boulevard du 30 juin

Kinshasa/Bruxelles, 25/11 - L’expédition des colis de moins de 2 kilos est réservée exclusivement à la poste, aux termes d’un arrêté du ministère en charge des Postes et Télécommunication visant à revaloriser les activités postales et qui autorise aussi la Société congolaise des postes et des télécommunications (SCPT) à commercialiser les appareils de télécommunications tels que les téléphones ainsi que leurs accessoires.

Selon la direction générale de la SCPT qui a livré cette information mardi, cette entreprise dispose également d’un réseau internet beaucoup plus performant, car branché sur la fibre optique. « La SCPT doit devenir réellement un opérateur universel comme dans les années 1965 à 1985 », a indiqué la source qui précise que la population de Kinshasa comme celle des provinces pourront s’abonner à la SCPT à moindre coût pour améliorer leurs activités économiques. « Aucune entreprise au monde ne peut remplacer la poste en matière de communication et télécommunication », a renchéri la direction générale de la SCPT.

La première expérience partira de la Grand’poste de Kinshasa dans la commune de Gombe, en passant par celle de Kalamu, avant de s’étendre à d’autres communes et provinces de la RDC, a souligné la même source.

Néanmoins, les observateurs conviennent qu'il sera difficile pour la poste d'attirer les colis en question, à moins que le législateur incite ou même oblige les instituions publiques à privilégier cette voie, avant que les autres services ainsi que la population ne puissent emboîter le pas. Par ailleurs, avec la multiplication des entreprises de "colis express", une formule devra être imaginée pour ravir à celles-ci le précieux marché. Comme on le voit, le chemin à parcourir par la SCPT reste long.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article