La ville de Kinshasa ploie sous le poids des immondices

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Une décharge publique à Kinshasa
Une décharge publique à Kinshasa

Kinshasa, 18/11 - Les activités de la Régie d’assainissement et des travaux publics de Kinshasa (RATPK) sont paralysées depuis plusieurs jours et des immondices s’accumulent dans les différentes décharges publiques de la capitale, a-t-on constaté mardi.

Selon un agent de cette régie, la RTPK éprouve des difficultés pour fournir du carburant permettant aux véhicules d’évacuer les immondices vers le centre d’enfouissement de Mpasa, dans la commune de Nsele (Est-Kinshasa).

Mais également, la source, « les agents ne sont plus payés depuis deux mois ». Ces difficultés ont débuté depuis le désengagement de l’Union européenne à financer ce Projet d’appui à la réhabilitation et à l’assainissement urbain (PARAU) dans neuf communes de la capitale congolaise.

La RATPK est à présent gérée par le gouvernement provincial, qui s’amuse plutôt à mener des actions de frime, méconnaissant les conséquences de la saleté sur la santé des populations et l’environnement. Les habitants des voisinages de ces décharges publiques se plaignent d’ailleurs de la quantité d’ordures ménagères qui ne cessent de s’accumuler depuis que les travaux d’assainissement sont à l’arrêt, les exposant ainsi aux odeurs nauséabondes et aux maladies.

Ils en appellent à l’autorité urbaine pour que l’environnement dans lequel ils vivent et où sont implantées les décharges soit assaini.

Avec l’ACP

Commenter cet article