Les nouveaux commissaires spéciaux et adjoints à l’école de la bonne gouvernance

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le Premier ministre Augustin Matata
Le Premier ministre Augustin Matata

Kinshasa, 5/11 - Le Premier ministre Augustin Matata Ponyo a invité les commissaires spéciaux et les commissaires spéciaux adjoints nouvellement nommés pour administrer les nouvelles provinces à faire régner l’ordre public, la sécurité et à asseoir une administration provinciale de proximité tournée vers la révolution de la modernité.

Matata Ponyo qui s’exprimait mercredi à Kinshasa, à l’ouverture du séminaire de cadrage et de renforcement des capacités des commissaires spéciaux du gouvernement, a souligné la nécessité du renforcement des capacités en vue de maintenir le fonctionnement régulier des pouvoirs publics sur l’ensemble de la RDC, spécialement dans les nouvelles provinces.

Il a évoqué les missions spécifiques qui leur sont assignées par le gouvernement, notamment celles de relever les défis, en termes d’infrastructures, de logistique et de mettre en place une administration de proximité susceptible de fournir à la population des services publics de qualité.

Le chef du gouvernement a rappelé les circonstances dans lesquelles il a été décidé de nommer les commissaires spéciaux conformément à l’article 66 alinéa2 de la loi n° 08/012 du 31 juillet 2008 portant principes fondamentaux relatifs à la libre administration des provinces qui stipule : « En cas de nécessité, le pouvoir central peut réformer ou se substituer au pouvoir du Gouverneur de province ».

L’arrêt de Cour constitutionnelle rendu le 08 septembre 2015 sur requête du 29 juillet 2015 de la Commission électorale nationale indépendante a enjoint le gouvernement de prendre des dispositions transitoires exceptionnelles au regard de la loi de programmation déterminant les modalités d’installation de nouvelles provinces avec l’élection des gouverneurs et des vice-gouverneurs.

Des thèmes spécifiques liés notamment à la nouvelle organisation territoriale et administrative de la RDC, au maintien de l’ordre public, à l’état des lieux du processus de la décentralisation et au rôle des chefs coutumiers seront animés par d’anciens gouverneurs de province et les experts en décentralisation et en finances publiques.

Il convient de rappeler que la nomination des commissaires spéciaux et leurs adjoints a suscité plusieurs réactions hostiles auprès de l’opposition qui estime que ce concept, qui n’existe nulle part dans l’arsenal juridique congolais, tend à bousculer l’ordonnancement des institutions politiques en RDC en général et en particulier dans les institutions provinciales, de même qu’il démolit l’ordre politique fondé sur la Constitution.

Pour leur part, un nombre de députés ont rejeté ces nominations au motif que la plupart des personnes promues sont « étrangères » à leur province car n’y ayant jamais vécu et, donc, ne connaissant nullement les réalités du terrain.

Commenter cet article