Les trois responsables de la CENI prennent officiellement leurs fonctions

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Mme Pierrette, questeur de la CENI
Mme Pierrette, questeur de la CENI

Kinshasa, 18/11 - Le président Joseph Kabila a signé lundi l’ordonnance numéro 083 du 16 novembre portant investiture des MM. Corneille Nangaa Yobeluo et Norbert Basengezi Katintima ainsi que de Mme Pierrette Mwenze Kisonga en qualité respectivement de président, vice-président et questeur de la Commission électorale nationale indépendante (CENI).

Qui est le nouveau questeur de la CENI ?

Licenciée en Droit de l’Université de Lubumbashi, titre obtenu en 1991, Mme Pierrette Mwenze Kisonga, nouveau questeur de la CENI, est originaire du territoire de Kabongo, province du Haut-Lomami. Elle a en outre suivi plusieurs formations, notamment en lobbying à l’Union européenne, en Droit des étrangers en Belgique et une formation pour diplomates à la Cour pénale internationale (CPI).

Elle a eu à exercer plusieurs fonctions. Elle a été « magistrat debout » de 1992 à 1995, « magistrat assis » de 1995 à 1999, assistante à l’Université de Lubumbashi de 1995 à 1999 et conseillère juridique à l’ambassade de la RDC au Benelux en charge des dossiers de la Cour pénale internationale, de la Cour internationale de Justice, de la Cour d’Arbitrage, de l’Adoption internationale et de la Protection consulaire avant d’être nommée membre de la CENI.

C’est la quatrième personne en une année à être aspirée de l’ambassade de la RDC à Bruxelles par Kinshasa, après l’ambassadeur Henri Mova lui-même, nommé secrétaire général du PPRD, le parti de Joseph Kabila, puis Rosette Mossi, nommée ambassadeur en Inde, Michaël Sakombi devenu commissaire spécial.spécial adjoint chargé des Finances et Développement pour la nouvelle province de la Mongala.

De gauche à droite, Henri Mova, Rosette Mossi et Michaël SakombiDe gauche à droite, Henri Mova, Rosette Mossi et Michaël SakombiDe gauche à droite, Henri Mova, Rosette Mossi et Michaël Sakombi

De gauche à droite, Henri Mova, Rosette Mossi et Michaël Sakombi

Commenter cet article