Poursuite de la grève des transporteurs routiers sur l’axe Kinshasa-Matadi

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Un camion à la gare routière de Kindamba, au Kongo Central
Un camion à la gare routière de Kindamba, au Kongo Central

Kinshasa, 22/11 - Les transporteurs routiers opérant sur l’axe Kinshasa-Matadi poursuivent la grève qu’ils ont déclenchée depuis lundi dernier pour réclamer l’amélioration de leurs conditions de travail, a indiqué vendredi à la presse André Tshikoj, président du syndicat Force routière du Congo (FORCE).
Selon lui, aucun employeur n’a respecté les accords signés en février 2013. « Il y a un blocage total consécutif au non respect des accords de février 2013. Plusieurs employeurs ont joué à la ruse. C’est pourquoi les travailleurs ont demandé au syndicat de lever la suspension de la grève décidée en octobre 2014 », a-t-il déclaré.
Pour le président de la FORCE, le blocage n’est pas seulement du coté du Kongo Central mais également du coté de l’ex-province du Bandundu, au Kwango précisément. « Il y a des mécontentements car les employeurs n’ont pas tenu leurs promesses : il n’y a pas augmentation de salaire ni de prime, il n’y a pas de repos pour les chauffeurs, pas d’assurance maladie… », a-t-il déploré avant d'ajouter : « Nous avons proposé une piste de solution qui passe par une descente sur le terrain pour prendre langue avec les travailleurs. Ce qui n’est toujours pas fait. On devrait déjà être à Matadi et revenir pour faire Kikwit.
Pour Kinshasa, les conséquences peuvent notamment être la rareté de certaines marchandises dont les biens de consommation courante et autres qui passent notamment par les ports de Boma et de Matadi. Les grévistes revendiquent l’application du protocole d’accord du 19 février 2013 qui prévoit notamment un salaire de 375 USD pour le chauffeur et 200 USD pour le convoyeur.

Une entreprise canadienne au chevet de la SNEL/Kisangani

Kisangani 22/11 - Le maire de la ville de Kisangani, Augustin Osumaka, a reçu mercredi en audience une importante délégation de la société canadienne Manitoba Hydro Internationale, conduite par le directeur provincial de la SNEL/Ancienne province Orientale, venue procéder à la collecte des éléments techniques, économiques et démographiques dans le but de planifier la production et la distribution de l’électricité à Kisangani.
Il s’agit précisément des données ayant trait à l’évolution économique et démographique durant les cinq (5) dernières années de cette ancienne province en général, et de cette ville en particulier, en vue d’identifier les besoins pour une planification à court, moyen et long terme.
Le maire de la ville a saisi l'occasion pour déplorer les problèmes de pression démographique et des constructions anarchiques qui ont pour conséquences le délestage et l’arrêt de plusieurs industries incapables d’être opérationnelles.
Avec l'ACP

Kisangani sans électricité

Kisangani sans électricité

Commenter cet article