Près de 2 milliards de FC récupérés par le comité de suivi de la paie

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Près de 2 milliards de FC récupérés par le comité de suivi de la paie

Kinshasa, 19/11 - Le vice-président du comité de suivi de la paie, Claude Boliyeli, a révélé mardi que sa structure a récupéré une somme de l’ordre de 2 milliards de FC, lors d’une mission de contrôle de la paie des agents et cadres de l’administration publique effectuée dans quatre banques à Kinshasa.

Selon M. Boliyeli, qui l’a annoncé au cours de la réunion d’évaluation entre le ministre d’Etat, ministre du Budget, Michel Bongongo Ikoli et les membres du Système de gestion centralisé de la paie des agents et fonctionnaires de l’Etat (SYGECPAF), a relevé que la même mission a répertorié environ 8 911 agents fictifs dont les comptes ont été bloqués.

La somme d’argent récupérée a été logée dans un compte bancaire de l’Etat et le rapport de cette mission sera déposé à la direction de la paie, a-t-il précisé.

Le SYGECPAF est une structure installée par le ministère du Budget ayant pour mission de maitriser les effectifs et la masse salariale des agents et fonctionnaires de l’Etat. Il a pour avantages, notamment, de centraliser les données de la paie, de garantir la gestion transparente de la rémunération accordée aux agents et cadres de la fonction publique tout en veillant aux fiches individuelles et bulletins de paie. La structure sert également à détecter les doublons et les triplons, à réduire le temps de traitement de la paie et à automatiser la production des statistiques.

Mis en place depuis 2013, le SYGECPAF est opérationnel depuis le deuxième trimestre de cette année, avec trois secteurs, à savoir les Forces armées de la RDC (FARDC), la Police nationale congolaise (PNC) et le Service de contrôlé de la paie des enseignants (SECOPE).

Aucune information quant aux sanctions prévues pour les contrevenants n’a été communiquée, comme pour signifier que Kinshasa se contente de cette étape et que les voleurs peuvent se la couler douce.

Commenter cet article