Centrafrique : Trafic de cartes d'électeur pour les élections législatives et présidentielle

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Candidats aux élections en Centrafrique
Candidats aux élections en Centrafrique

Kinshasa, 28/12 - Nombreux candidats à la présidentielle et aux législatives centrafricaines, initialement prévues le 27 mais reportées au 30 décembre prochain, ont dénoncé dimanche un trafic de cartes d’électeur dont la pièce serait proposée à 1000 Francs CFA, ont rapporté des médias officiels.

Pour ces candidats, ce trafic s’ajoute aux irrégularités présumées qui surviennent alors que les difficultés dans l'organisation des élections ont provoqué leur report de trois jours. L’un d’eux, Elvis Bindala, candidat aux législatives, a déclaré : « J’ai vu un gars avec plein de cartes d’électeur. Il m’a dit que c’est son cousin qui lui a donné les cartes et son cousin, c’est le président du bureau du candidat».

Pour étayer sa dénonciation, le plaignant a déposé une dizaine de cartes sur la table, toutes au nom des candidats inscrits dans cette circonscription de la capitale centrafricaine. Pour sa part, Patrick Akoloza, porte-parole d’un autre candidat, Timoléon Baikoua, a révélé : « Nous avons un candidat dans le 6ème qui nous a donné le nom de son compatriote qui détient plus de 7 000 cartes d’électeur et qui les vend ».

En réaction à ces présomptions, le ministre de l'Administration territoriale de Centrafrique, Modibo Bachir Walidou, a affirmé à la presse prendre ces informations très au sérieux. Il a dit qu’une enquête serait en cours et rappelle que des mesures ont été prises en conséquence pour empêcher les fraudes le jour du vote. Il est revenu sur l’obligation pour tout citoyen de présenter en plus de sa carte d'électeur, une seule pièce d'identité.

Mais face à ce trafic avéré, certains candidats expriment déjà leurs inquiétudes quant à la crédibilité du scrutin.
Avc l'ACP

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article