Crash : Une dizaine de personnes écrasées à l’aéroport de Mbuji-Mayi

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

L' A310 de la compagnie Serve Air Congo après le crash
L' A310 de la compagnie Serve Air Congo après le crash

Mbuji-Mayi, 25/12 - Une dizaine de personnes, pour la plupart membres d'une
même famille, ont péri jeudi à l’aéroport national de Bipemba, à Mbuji-Mayi, écrasées par un avion cargo de la compagnie Serve Air Congo qui a raté son atterrissage.
L’appareil, un A310, a dépassé les limites de la piste à cause du mauvais temps, suite à la pluie qui arrosait la ville de Mbuji-Mayi, avant de ramasser sur son passage des personnes qui avaient emprunté un sentier situé non loin de la piste. L’appareil n’a pas pris feu ni subi de dégâts importants, selon les premiers témoignages des techniciens de l’aéroport, qui précisent que l’équipage en est également sorti indemne.
La visibilité était nulle pendant que le pilote se débattait pour atterrir sous la pluie. L'avion en provenance de Lubumbashi avait fait six tours avant de forcer son atterrissage et de finir sa course dans un quartier résidentiel près d’une maison où s'étaient abritées d'autres personnes fuyant la pluie, à l’extrémité Sud de la piste d’atterrissage. A croire des témoignages recueillis sur place, c’est un caniveau qui a permis que l’appareil n’aille pas plus loin. La police et l’armée sont sur les lieux pour sécuriser l’appareil et sa cargaison.
Cet accident se produit deux semaines après que la compagnie aérienne Congo Airways a suspendu ses vols vers Mbuji-Mayi, au Kasaï-Oriental « jusqu’à nouvel ordre », à la suite de la dégradation de l’état de la piste d’atterrissage de l’aéroport de Bipemba.

Engouement à Kikwit à l’occasion des festivités de Noël et de fin de l’année

Kikwit, 25/12 - Un engouement sans précédent se fait observer depuis mercredi au centre ville ainsi qu’au grand marché de Kikwit, mais sûrement aussi ailleurs en RDC, où plusieurs personnes se rendent pour s’approvisionner en articles divers et produits consommables en vue de bien passer les festivités de la Nativité et de fin de l’année, a-t-on constaté.
Par ailleurs, une baisse des prix se fait remarquer sur les produits de première nécessité, notamment le maïs grain vendu dernièrement à 8 00 FC la mesurette communément appelée "sakombi" se négocie aujourd’hui à 600 FC, un verre de haricot qui se vendait à 300 FC s’achète aujourd’hui à 250 FC.
Certains vendeuses et vendeurs ont souligné que cette situation est due à la présence de nouvelles récoltes sur le marché.
Avec l'ACP

Commenter cet article