La ville de Kinshasa dans un état de délabrement généralisé, selon une enquête

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Inondations à Kinshasa
Inondations à Kinshasa

Kinshasa, 10/12 - Une expertise de pointe est nécessaire pour réhabiliter et moderniser les avenues Luambo Makiadi Franco (ex-Bokassa) et du Commerce, qui se trouvent dans un état de délabrement très avancé, notamment entre l’avenue Kabinda et du Commerce pour la première et au niveau du croisement de l’avenue Luambo et du Commerce, pour la seconde, où un lac artificiel attire l’attention des curieux.

Aux termes d’une enquête-minute menée mercredi par l’ACP, ces deux ouvrages abimés coupent le souffle aux touristes, aux autres visiteurs de la capitale et aux Kinois eux-mêmes, qui n’arrivent pas à comprendre pourquoi ce laxisme des autorités tant urbaines que nationales, dont les bureaux se trouvent pourtant à quelques longueurs de ces artères qui faisaient jadis la beauté de la capitale congolaise.

L’Hôtel de ville de Kinshasa, les sièges administratifs du Fonds national d’entretien routier (FONER) et de l’Office des voiries et drainage (OVD), pour ne citer que ces trois services publics, se situent non loin des sites susmentionnés.

De l’avis de certains experts voyers, ces ouvrages, auxquels on peut ajouter les avenues de l’Université, Gambela, Elengesa, Kimwenza/Mission, sont érigés sur des anciens sites marécageux où l’eau n’est pas loin de la surface du sol. C’est pourquoi ils s’abiment très rapidement. Leur réfection exige de grands travaux de génie civil.

Et, puisqu’aux grands maux de grands remèdes, les « amoureux » de Kin-la-belle, ceux qui ont connu les avenues Charles de Gaulle et des Cocotiers, proposent aux autorités urbaines et nationales de confier la réfection de ces artères à l’expertise japonaise qui a retapé l’avenue des Poids lourds, à Kingabwa, dans la commune de Limete, à la grande satisfaction des usagers.

Des entreprises locales, telles Safricas, Batipont, Parisi, seraient également prêtes à se lancer dans ce marché, à condition que l’Etat leur alloue des moyens conséquents.

Le tronçon rond-point Victoire-Mariano, rappelle-t-on, a été réhabilité depuis plus de deux décennies par Safricas et se trouve jusqu’à aujourd’hui dans un état de praticabilité acceptable. L’enquête-minute de l’ACP n’oublie pas non plus l’avenue By Pass, qui se trouve aussi dans un état de délabrement, accentué par l’effondrement du pont ‘’Triangle’’.

Commenter cet article