Edem Kodjo à Kinshasa pour débloquer le dialogue national congolais en panne

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Eden Kodjo, envoyé spécial de l'UA à Kinshasa
Eden Kodjo, envoyé spécial de l'UA à Kinshasa

Kinshasa, 20/01 - Les questions relatives à la tenue prochaine du dialogue national convoqué par le chef de l’État congolais fin novembre 2015 ont été examinées au cours d’un entretien de plus d’une heure que le président Kabila a eu, mardi à Kinshasa, avec le Togolais Edem Kodjo, envoyé spécial de la présidente de la Commission de l’Union africaine, Mme NKosazana Dlamini-Zuma.

M. Kodjo a déclaré à la presse, au sortir de l’audience, que la présidente de la Commission de l’Union africaine l’a dépêché en République démocratique du Congo en vue d’examiner avec le chef de l’État et tous les acteurs politiques congolais les voies et moyens pouvant permettre l’organisation d’un dialogue politique qui débouchera, a-t-il assuré, à un résultat qui mettrait tous les Congolais d’accord.

Se réclamant « expérimenté et optimiste», M. Kodjo a exhorté les Congolais de tous bords à se mettre au pas pour le dialogue, qui reste à son avis le seul moyen pour aboutir à un consensus national.

Réagissant à une question, l’envoyé spécial de l’Union africaine a indiqué que la RDC est un pays membre à part entière de l’Union africaine, raison pour laquelle l’organisation panafricaine sera toujours à ses côtés en vue de l’aider à trouver des solutions aux problèmes auxquels elle est confrontée.

M. Edem Kodjo, membre du groupe des sages au sein de l’organisation panafricaine, a la lourde tâche de faciliter le dialogue entre les différentes composantes de la société congolaise, où les voix sont totalement discordante quant à la nécessité de ce forum ainsi qu'à son contenu, l'opposition soupçonnant le camp présidentiel de vouloir utiliser le dialogue à des fins de "glissement" et même pour obtenir un 3ème mandat à Joseph Kabila, interdit de se représenter à la présidentielle de 2016 aux termes de la Constitution en vigueur.

L'envoyé spécial de l’Union africaine s'est également entretenu au Palais du peuple avec le président de l’Assemblée nationale, Aubin Minaku, sans faire de déclaration au sortir de l’audience. Avec l'ACP

Commenter cet article