La dépouille de Marie Misamu transférée dimanche à la morgue de la clinique Ngaliema

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

La pochette de l'album « Mystère du voile »
La pochette de l'album « Mystère du voile »

Kinshasa, 18/01 - La dépouille mortelle de la chanteuse de musique chrétienne, Marie Misamu, décédée subitement le samedi 16 janvier dans la soirée à l’hôpital sino-congolais du quartier 7, dans la commune de N'Djili, a été transférée, dimanche, de la morgue de cette
formation médicale vers celle de la clinique Ngaliema dans la commune de la Gombe, a-t-on constaté.

Née le 16 novembre 1974, Marie Misamu s’était adonnée très tôt à la chanson. Elle se fera cependant davantage connaître aux côtés de l’évangéliste Debaba El Shabab, de Viva La Musica, Victoria Eleison puis l'orchestre Historia, avant d'embrasser la Bible et la musique religieuse.

Avec son mentor Debaba, Marie Misamu brillera d'emblée avec la sortie de son premier album « Dieu reconnaît tout », qui récoltera un grand succès. Elle a également à son actif plusieurs titres et albums de grande facture, tels que « Mokeli na ngai », « Salela ngai bikamwa », « La reconnaissance » et « Eh Yahweh », « Mystère du voile ». Artiste polyvalente, Marie Misamu s’était également essayée au cinéma. Avec l'ACP

Lire aussi notre article de dimanche :

http://lesignalducontinent.over-blog.com/2016/01/deces-a-kinshasa-de-la-chanteuse-religieuse-marie-misamu.html

Commenter cet article