Moïse Katumbi annonce son appartenance à l'opposition

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

M. Moïse Katumbi
M. Moïse Katumbi

Lubumbashi, 5/01 - L'ancien gouverneur du Katanga, Moïse Katumbi, a annoncé dimanche 3 janvier à Lubumbashi son appartenance à l'opposition politique. Au cours d'une conférence de presse, il a cependant précisé qu'il n'a rejoint aucune formation politique et n'a pas créé de parti politique.

Selon une dépêche de l’APA qui l’annonce, Moïse Katumbi indique cependant appartenir au " Front citoyen 2016 ". Cette plate-forme créée récemment regroupe des Congolais de la diaspora, des membres des organisations de la société civile, des confessions religieuses, des organisations politiques de l'opposition ainsi que des personnalités politiques qui militent pour le strict respect de la Constitution.

" L'objectif du Front citoyen est d'abord d'insister sur les élections provinciales de 2016 et l'élection présidentielle de 2016, en respectant les délais constitutionnels et en ayant le calendrier électoral le plus vite possible ", explique M. Katumbi.

L'ancien gouverneur du Katanga, qui a quitté le parti présidentiel en septembre dernier, affirme que des pourparlers sont menés pour avoir un candidat unique de l'opposition à la prochaine présidentielle. " J'ai rencontré Félix Tshisekedi. J'ai rencontré beaucoup de personnes. J'ai aussi rencontré beaucoup d'opposants au niveau de la province du Katanga. Nous sommes en pourparlers pour avoir un candidat de l'opposition ", explique-t-il.

Qui sera le candidat de l'opposition

" Ce n'est pas à moi de décider qui peut être le candidat de l'opposition. Au moment venu, l'opposition va elle-même proclamer son candidat ", affirme M ; Katumbi. Par ailleurs, il félicite les personnes qui ont participé à la rencontre sur l'île de Gorée. " Le plus important pour moi est de féliciter ces gens qui ont participé à cette réunion du Front citoyen à l'île de Gorée. Ils ne doivent même pas avoir peur. Ils sont libres d'aller n'importe où ils peuvent contribuer à notre pays.

J'ai délégué quelqu'un qui était à l'île de Gorée. Moi j'étais au Japon [pour la coupe du monde des clubs]. Si j'étais au pays, j'allais être là aussi ", fait-il savoir.

Selon les opposants qui ont pris part à cette rencontre de Gorée, cette réunion était axée sur les élections en Afrique subsaharienne. Mais les autorités de Kinshasa rejettent cette explication. Le président de l'Assemblée nationale a affirmé le 15 décembre que ce groupe est allé au Sénégal apprendre des pratiques subversives afin de réfléchir sur les meilleures voies et moyens pour un soulèvement populaire en RDC et provoquer un coup d’Etat, sans réussir à étayer ses affirmations.

Commenter cet article