Attention arnaque : Une page Facebook suspecte ouverte au nom de l'ambassadeur Kilufya

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

L'ambassadeur Kilufya au milieu (costume bleu), avec les journalistes spécialistes du Congo. A gauche, Cornelis Nlandu (ACP) et François Misser (BBC). Apr l'ambassadeur : Marie-France Cros (La Libre Belgique), Gérard Gaudin (Belga) et Roger Mazanza (ACP)
L'ambassadeur Kilufya au milieu (costume bleu), avec les journalistes spécialistes du Congo. A gauche, Cornelis Nlandu (ACP) et François Misser (BBC). Apr l'ambassadeur : Marie-France Cros (La Libre Belgique), Gérard Gaudin (Belga) et Roger Mazanza (ACP)

Bruxelles, 15/04 - Il y a quelque temps, exactement au mois d'août 2016, notre blog vous faisait part d'une nouvelle forme d'arnaque qui venait d’être inventée par une bande d'escrocs congolais, principalement via Facebook. Lire à ce sujet l'article sur ce lien http://lesignalducontinent.over-blog.com/2015/08/cybercriminalite-une-nouvelle-forme-d-arnaque-viennent-d-etre-inventee-par-des-congolais.html

Il s'agit, selon des indiscrétions recueillies auprès de personnes victimes de cette arnaque, de Congolais ouvrant plusieurs pages Facebook aux noms de personnalités connues : des ministres, des députés et autres, jusqu'aux membres de famille du président Joseph Kabila, avec des photos de profil souvent récoltées dans des publications de presse en ligne. Grâce à sa page Facebook avec l'identité usurpée d'une personnalité, l'escroc commence un dialogue apparemment anodin, question d'appâter et de gagner la confiance de son interlocuteur.

Ensuite, sentant que l'interlocuteur a mordu à l'hameçon, l’usurpateur attaque avec l'une ou l'autre forme d'escroquerie : fournir un travail hautement rémunérateur, moyennant finances, demande d'un service financier, etc. Il faut être outillé pour renifler l'arnaque. Via Western Union la plupart des cas, le montant exigé est vite envoyé auprès de l'escroc, et le tour est joué. A partir de là, vous ne recevez plus aucun message de votre correspondant. Des pages Olive Lembe, Jeannette Kabila, Joseph Kabila, Zoé Kabila, Matata Ponyo, Thomas Luhaka, Olivier Kamitatu ou encore Kimbembe Mazunga et autres ont ainsi été créées en quantité industrielle sur Facebook..

Pas plus tard qu'hier, je reçois personnellement une demande d'ajout d'amitié d'une personne qui se fait passer pour Dominique Kilufya Kamfwa, selon la page Facebook avec photo du vrai Dominique Kilufya, qui est en réalité l'ambassadeur de la RDC en Belgique, et que je connais bien. Avec un peu d'appréhension, puisqu'il était écrit au profil que le demandeur habite le Canada, alors que le vrai a déjà changé de lieu de résidence, j'accepte la demande.

L'usurpateur, accroché à son portable, à l'affût de sa victime, débute alors une conversation, en me tutoyant. Il est 11h11 ce vendredi. Voici la transcription exacte du contact :
- Bonjour, écrit l'usurpateur au nom de l'ambassadeur Dominique Kilufya.
- Bonjour, répondis-je.
- Comment vas-tu, enchaîne-t-il.
- Très bien, et toi ?
- Je vais bien, la famille va bien j'espère ?
- Elle va aussi bien. Merci, fut ma réponse, attendant impatiemment la faille de mon interlocuteur s'il s'agit d'un usurpateur, ou alors la preuve que c'est bien l'ambassadeur.
- Tu es où en ce moment, s'enquiert-il ?
Là j'ai compris qu'il s'agissait bien d'un escroc. Je réponds :
- Je suis en Belgique. Et toi ?
- Je suis en déplacement à Addis Abeba, je peux te confier une tache urgente ?
- Oui, pourquoi pas ?

En fait il s'agissait là d'un piège que je tendais, car je savais que la plupart d'escrocs de cet acabit prétendent toujours qu'ils sont en déplacement, au Canada, au Bénin, etc. Sans savoir que l'interlocuteur à l'autre bout est une personne avisée, il tombe les deux pieds dans le piège. Il avance ses premiers pions :

- J'ai un proche qui a eu un accident et qui doit se faire opérer dans ces temps étant donné en déplacement à Addis abeba, je ne peux pas effectuer de mandat western union, je voudrais que tu envoi de l'argent à ce dernier que je te rendrai dès mon retour de mission.

Autant de fautes d'orthographe et de ponctuation dans son propos confirmaient, s'il en fallait encore, qu'il s'agissait bien d'un escroc de grand chemin, qui a usurpé l'identité de l'ambassadeur congolais. J'ai alors coupé court, en assénant :

- Tu me connais, stp ?
Depuis, la conversation fut coupée. Impossible de reprendre le contact avec l'escroc, qui avait compris que son interlocuteur n'est pas aussi naïf qu'il le croyait. Voici le message qui s'affiche lorsque je tente de le recontacter : " Cette personne ne reçoit actuellement pas de messages de votre part ". Fin de l'aventure. Il m'avait " bloqué ", tout confus d'avoir raté son coup.

Commenter cet article