Dialogue national : L'UDPS aussi "aradjicale" que jamais

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Etienne Tshisekedi, ici en campagne à Goma en 2011
Etienne Tshisekedi, ici en campagne à Goma en 2011

Bruxelles, 16/04 - Le principe de la tenue du Dialogue national, longtemps honni des uns et des autres, est aujourd'hui acquis. Selon les révélations faites lundi à Kinshasa par le facilitateur Edem Kodjo au cours de sa première conférence de presse, le comité préparatoire du dialogue devait être mis en place au plus tard ce samedi. Mais c'était sans compter sur l’intransigeance légendaire de l'UDPS.

Alors que le parti d’Étienne Tshisekedi avait longtemps tergiversé sur sa participation à ce forum, Edem Kodjo a indiqué à la même conférence de presse que l’Union pour la démocratie et le progrès social (UDPS), après avoir refusé catégoriquement, vient aujourd'hui de marquer son accord pour sa participation à ce dialogue. Le facilitateur de l'UA a précisé avoir rencontré son président national de l'UDPS Etienne Tshisekedi à Bruxelles.

Il a encore fait savoir qu’avant de revenir en RDC, il a reçu une délégation conjointe Majorité-UDPS à Paris, en France, alors même que le secrétaire général de ce parti, avait déclaré qu'aucune délégation de l'UDPS n'était en pourparler en France avec la Majorité.
Le secrétaire général de l’Udps Bruno Mavungu avait même expliqué que Félix Tshisekedi, qui était soupçonné d'accointance avec le camp Kabila, était plutôt à Jérusalem en pèlerinage et pas à Paris. Mais les fins limiers ont tout de même aperçu un enfant et un neveu de Tshisekedi en plein pourparler avec des Kabilistes. Ce qu'Eden Kodjo venait aussi de confirmer. Avec le quitus de qui étaient-ils à Paris ? Comme si la politique en RDC ne se limitait qu'à l'art de mentir.

12 délégués par camp politique, contre 6 pour la Société civile

Mais même si la participation de l'UDPS est aujourd'hui solidement acquise, il faut également compter sur l'intransigeance de ce parti, qui s'estime être la seule formation de l'opposition, dont elle a d'ailleurs fait sa "marque déposée".

Ainsi, ce samedi, les camps politiques n'étaient toujours pas d'accord sur les participants. Ce qui préfigure un forum qui devra durer sûrement plus d'un mois pour les plus optimistes, contrairement à Eden Kodjo qui avait juré que le forum ne dépasserait pas deux semaines, sans compter les deux semaines de travaux préparatoires.

Par ailleurs, alors que le facilitateur a déterminé le nombre de délégués par composante pour le comité préparatoire à 12 délégués par camp politique, contre 6 pour la Société civile, l'équation s'est compliquée au niveau de l'opposition. Qui est opposant, selon la vision de l'UDPS ? Ainsi, le parti de Limete, sans rire, a revendiqué les 12 places, sans la moindre concession.

Pour rappel, Eden Kodjo avait pris langue avec la Dynamique de l’opposition, dont l’UNC de Kamerhe et le MLC de Jean-Pierre Bemba, ainsi qu'avec le G7, qui ont catégoriquement rejeté l’offre, la Dynamique faisant savoir, à travers une correspondance adressée au diplomate togolais, qu’elle n’était ni concernée par le comité préparatoire, moins encore par "le dialogue de glissement et de violation de la constitution piloté par le président Kabila".

Selon les prévisions, seule l’Udps d’Étienne Tshisekedi devait se tailler la part du lion avec six délégués. En plus, trois places ont été attribuées à ses alliés - Lisanga avec sa plateforme, la Dtp et les autres. Par contre, l’opposition républicaine de Kengo et le G5 avec Ruberwa, Arthur Z’haidi Ngoma, Bitakwira, Bonane et Mbikayi devront se contenter des trois places restantes.

Kengo wa Dondo comme les autres : des faux opposants selon l'UDPS.

Mais le blocage reste presque insurmontable, car l’Udps revendique la totalité de 12 places comme seul parti de l'opposition. Quitte à elle de les répartir entre ses alliés et ceux qu’elle qualifie de « vrais opposants». Pour elle, les Steve Mbikayi, Bitakwira, Azarias Ruberwa, Z'Ahidi Ngoma, ne sont que de « faux opposants ». Ils sont opposants à qui, a interrogé sur les antennes de Top Congo le secrétaire général de l’Udps Bruno Mavungu. C'est vrai que tout ce monde est entré en politique comme rebelle, avec tout le sang sur les mains, qui appelle réparation dès que le régime deiendra normal.

Même au sein de la Société civile, la guerre de représentation s'annonce âpre, chaque composante voulant obtenir sa part du gâteau au comité préparatoire. Comme il fallait s'y attendre, le Dialogue, avant même de commencer, nous donne droit à un spectacle désolant avec des tiraillements dans tous les sens.

Mais pour les « Opposants pro Dialogue» Bitakwira et Steve Mbikayi, l’Udps ne peut pas parler pour eux et ils menacent de boycotter le Dialogue. La MP, qui ne jure qu'en l'UDPS pour réussir son coup, n’hésitera pas à sacrifier les Mbikayi et autres si l’Udps demeure intransigeante sur la question.

Les noms des délégués de la Majorité déjà connus

Pour sa part, la Majorité s'est déjà alignée en ordre de bataille. She Okitundu, le principal négociateur pour l’Udps, Me Nkulu, ancien conseiller spécial de Kabila, Adolphe Lumanu, ancien dircab, Nehemie Mwilanya, l'actuel, Félix Kabange, ministre de la Santé et initiateur de la campagne « J’aime la RDC, je soutiens le Dialogue », Ramazani Shadari, président du Groupe parlementaire PPRD, Geneviève Inagosi députée et ancien ministre du Genre, Alexis Thambwe Mwamba, ministre de la Justice, et Henri Mova Sakany, SG du Pprd, ainsi qu'une femme encore à désigner sont les personnalités devant représenter ce camp au dialogue.

Un point de presse de la Dynamique de l'opposition

Un point de presse de la Dynamique de l'opposition

Commenter cet article