Massacres de Beni : Les trois jours de deuil respectés dans le Grand Nord-Kivu

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Sans commentaire (Archives)
Sans commentaire (Archives)

Butembo, 22/05 - L’appel de la Société civile dans la partie dite Grand Nord-Kivu appelant la population à observer trois jours de deuil, du 18 au 20 mai, a été respecté à 95 % par toutes les couches sociales établies dans la partie comprise entre Kanyabayonga-Kirumba-Lubero-Butembo-Beni.

Trois jours durant, boutiques et magasins, écoles primaires et secondaires ainsi qu'institutions d’enseignement supérieur n’ont pas fonctionné. Seuls les enseignants visiteurs ont dispensé des cours en catimini.

A Butembo comme dans les territoires de Lubero et Beni, le cri d’alarme des forces vives des villes de Beni-Butembo et des territoires de Lubero-Beni a été totalement été entendu, malgré l’appel des autorités politico-administratives demandant à la population de vaquer à leurs occupations.

Pour sa part, l’évêque du diocèse de Butembo-Beni, Mgr Melchisédech Sikuli, a, au cours d’une célébration eucharistique de confirmation des écoliers à la Paroisse catholique Base, expliqué l’importance des trois jours de deuil décrété par la société civile. Pour lui, il est important que la population respecte le prescrit des forces vives, une façon d’honorer ceux qui ont péri et les rescapés des massacres décriés dans la région.

Au cours de ces journées villes mortes, les hôpitaux et centres de santé ont assuré un service minimum où seuls les urgences et les malades hospitalisés ont été pris en compte.

L’organisation des journées de deuil a été décidée lors de la réunion tenue à Beni, le 14 mai 2016, par les délégués des forces vives de Beni ville et territoire ainsi que ceux de la ville de Butembo et Territoire de Lubero, qui ont notamment appelé la population à suspendre tout paiement des taxes et impôts jusqu’à la cessation des massacres des innocents.

Messe de requiem en mémoire des victimes

Bukavu, 22/05 - Une messe de requiem a été dite ce samedi 21 mai 2016 à la paroisse Mater Dei de Muhungu, dans la commune d'Ibanda, en mémoire des victimes des massacres de Beni dans la province sœur du Nord-Kivu, sur demande du bureau de coordination de la Société civile du Sud-Kivu, dans le cadre du programme y relatif préétabli.

L’officiant du jour, le curé Juvénal Bahati, a dans son homélie expliqué que la vie est sacrée, tout en demandant à la population de ne pas avoir peur de ceux qui ont le pouvoir limité de faire périr uniquement le corps.

Au sujet des massacres de Beni, le curé a affirmé que tôt ou tard la vérité sera un jour connue. Il a souhaité que les fidèles prient pour les commanditaires de ces massacres afin qu'ils se détournent de leur mauvaise voie qui ne témoigne pas de l'amour de Dieu, avant d'appeler à l'unité du peuple à rappeler aux autorités qu'elles ont un grand rôle à jouer pour arrêter ce bain de sang à Beni.

Le président de la Société civile du Nord-Kivu, Axel Byanikiro, présent à cette messe, a indiqué que outre Beni, Butembo et Lubero, d'autres territoires du Nord-Kivu sont menacés par ces hors-la loi. D'où son appel aux autres provinces de la RDC de décrier haut et fort les massacres au Nord-Kivu.

Profitant de cette occasion, le président de la société civile du Sud-Kivu, monsieur Descartes Mponge, a lancé un appel solennel en ces termes '' Que le congolais se réveille pour aider les compatriotes de Beni à sortir de ce fléau''. Avec l'ACP

----------------------------------------------------------------------------------------Le Signal du Continent est une réalisation de l'asbl Info Europe Afrique. Il existe depuis 2007, avec 3 collaborateurs et un correspondant en Afrique. Parmi les premiers blogs du genre sur la RDC, il est devenu le livre de chevet de plusieurs lecteurs. Pour appuyer cette initiative totalement bénévole, nous avons besoin de soutien financier de minimum 5 euro ou équivalent, qui peut être versé sur le compte de l'asbl BE66 7506 4181 8143 EUR avec mention "Le Signal", selon le principe du crowdfunding. Vous pouvez aussi nous contacter via le blog.

Massacres à l'est, banalisés par Kinshasa (Images d'archives)

Massacres à l'est, banalisés par Kinshasa (Images d'archives)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article