Tueries de Beni : Les députés du Nord-Kivu menacent de renoncer à leurs mandats

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Les élus du Nord-Kivu révoltés contre le silence de Kinshasa
Les élus du Nord-Kivu révoltés contre le silence de Kinshasa

Bruxelles/Kinshasa, 22/05 - Les vingt-sept députés élus du Nord-Kivu qui ont récemment boycotté les séances plénières à l’Assemblée nationale menacent de quitter définitivement l’hémicycle, si le gouvernement ne trouve pas de solution à l’insécurité récurrente qui sévit dans la ville de Beni, annonce Radio Okapi.

Dans une déclaration datée du mercredi 18 mai, ces élus disent accepter « d’être égorgés avec les autres ». « Nous, les élus du Grand Nord, sommes en train d’examiner la demande de la société civile du Nord-Kivu selon laquelle il faut que nous puissions démissionner. Si l’insécurité à Beni n’inquiète personne, il y a possibilité de quitter Kinshasa et aller vivre dans nos villages », a affirmé le président du caucus des députés nationaux du Grand Nord, Jérôme Lusenge.

Les députés du Nord-Kivu déplorent le silence des institutions publiques face à cette situation alors que les populations de Beni, Kanyabayonga, Erengeti, Butembo et Lubero ont observé mercredi une journée de deuil, de leur propre initiative, à croire Radio Okapi. « Si nous continuons à voir que ça n’inquiète personne et bien, nous allons accepter qu’on nous égorge avec les autres car la question n’est pas ethnique », a martelé Jérôme Lusenge qui reproche également à l’Assemblée nationale de ne pas privilégier les problèmes des habitants de la partie est de la RDC.

La semaine dernière, ces 27 députés avaient boycotté la plénière à l’Assemblée nationale pour protester contre l’insécurité dans cette province où de nouveaux massacres de 23 civils ont été enregistrés. Des députés d’autres provinces avaient accompagné ceux du Nord-Kivu dans cette démarche pour exprimer leur solidarité à toute la population de Beni.​

Deux nouvelles tueries ont eu lieu à Mbau et dans ses environs, à une vingtaine de kilomètres au nord de la ville de Beni, dans l'indifférence de Kinshasa. Amisi Kalonda, administrateur du territoire de Beni a précisé que "cinq personnes ont été tuées par de présumés ADF" (rebelles ougandais musulmans des Forces démocratiques alliées) à Mbau, puis "les ADF ont tué 18 autres personnes" à l'ouest de la ville.

Le Bureau conjoint des Nations unies aux droits de l'Homme en RDC (BCNUDH) a publié mercredi un rapport notant que les crimes commis par les rebelles ADF dans la région de Beni, accusés d'avoir tué plus de 300 civils depuis le mois d'octobre, "ont été systématiques et d'une extrême brutalité" et "pourraient constituer, de par leur type et leur nature, des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité".

----------------------------------------------------------------------------------------Le Signal du Continent est une réalisation de l'asbl Info Europe Afrique. Il existe depuis 2007, avec 3 collaborateurs et un correspondant en Afrique. Parmi les premiers blogs du genre sur la RDC, il est devenu le livre de chevet de plusieurs lecteurs. Pour appuyer cette initiative totalement bénévole, nous avons besoin de soutien financier de minimum 5 euro ou équivalent, qui peut être versé sur le compte de l'asbl BE66 7506 4181 8143 EUR avec mention "Le Signal", selon le principe du crowdfunding. Vous pouvez aussi nous contacter via le blog.

Commenter cet article