Le conclave de Genval : Un grand pas dans l'unification de l'opposition (Retardé en transmission)

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le Conclave de Genval (Photo Le Signal)
Le Conclave de Genval (Photo Le Signal)

Bruxelles, 11/06 - La rencontre de l'opposition dite "Conférence des forces politiques et sociales acquises au changement - Conférence de Bruxelles", tenue à Genval en Belgique du 8 au 9 juin 2016, constitue un pas important vers la réunification de l'opposition congolaise, au regard du nombre et de la qualité des participants - 100 délégués au total en provenance de 9 différentes plate-formes politiques et de la Société civile, scrutés par une cinquantaine de journalistes aussi bien congolais que de la presse étrangère.

Si le MLC a décliné toute offre, privant la désormais célèbre Eve Bazaiba d'une nouvelle tribune, l'UNC de Vital Kamerhe a néanmoins signalé le déplacement de son secrétaire général, mais à titre personnel. De son côté, Moïse Katumbi Chapwe, candidat déclaré à la présidentielle, dont la présence était annoncée par les organisateurs n'a pas été aperçu à Genval, mais son ombre a plané sur les travaux. Des rumeurs ont également circulé prétendant qu'il en serait l'argentier, mais il est difficile de vérifier pareille allégation. D'autres, par contre avancent que le financement serait venu de l'Union européenne, sans en apporter la preuve.

Néanmoins, tous les autres ténors de l'opposition ont répondu présents à l'invitation du président de l'UDPS, initiateur du conclave, notamment l'Unafec Kyungu wa Kumwanza, l'Unadef Mwando Nsimba, l'ARC Olivier Kamitatu, Endundo Bononge du Parti des démocrates chrétiens, le MPCR Jean-Claude Mvwemba, l'ECIDE Martin Fayulu, Joseph Olenghankoy du Fonus, L'ADP/MSDD Christophe Lutundula ou encore Kiakuama Kia Kumuisi, Katebe Katoto, Konde Vila Ki-Kikanda, Kitenge Yezu, Adam Bombole, le Dr Bwasa bu Tsumbu, Francis Kalombo, Ingele Ifoto et Lisanga Bonganga

Au total, rappelons-nous, neuf regroupements étaient présents à Genval : L’UDPS et alliés, la Dynamique de l’opposition, Le G7, l'Alternance 2016, Le Front du peuple, la Majorité présidentielle populaire "MPP", le G14, La Convention des républicains ainsi que la Société civile, dont deux représentants de LUCHA (Mouvement citoyen de Lutte pour le changement), une jeune dame venant d'Italie et un jeune homme débarqué tout droit de Goma (Photo au bas de l'article), sans compter les 5 délégués de la Diaspora.

Ainsi, avec un conclave qui a eu le mérite de ratisser large et réussi à tirer le gros lot de l'opposition dans sa qualité, on voit mal le MLC de Jean-Pierre Bemba et Eve Bazaiba ainsi que l'UNC de Vital Kamerhe continuer longtemps à naviguer en solo. En tout cas, les rumeurs circulant à propos d'un flirt de ces deux formations avec le pouvoir ne plaident guère en faveur de cette ligne de conduite.

Par ailleurs, l'unanimité dégagée à l'issue des travaux, aux termes du Rapport final de la conférence, ne laisse aucun doute sur la dextérité avec laquelle les travaux ont été menés, afin de concilier les dissensions et les susceptibilités orchestrées à l'orée des assises. En effet, si il était de notoriété publique que l'UDPS était partie prenante au Dialogue de Kabila, pour sa part la Dynamique de l'opposition y était farouchement opposée. Il a fallu un savant dosage dans les virgules, la sémantique et la phraséologie pour que tous finissent par s'embrasser.

Le conclave pour la mise en œuvre de la Résolution 2277 et des élections dans le délai constitutionnel

Au terme du conclave, les "forces politiques et sociales acquises au changement" ont déclaré leur "attachement indéfectible" à la Constitution et à son strict respect, rejetant ainsi "toute idée ou projet de référendum pour élaborer une nouvelle Constitution", indique le Rapport final. Elles ont également dit "Non" au Dialogue politique" convoqué par ordonnance présidentielle du 28 novembre 2015, avant d'appeler à la mise en œuvre intégrale de la Résolution 2277 du Conseil de Sécurité des Nations-Unies sous la modération du facilitateur international, renforcé par un panel des représentants des Nations-Unies, de l’Union européenne, de l’Union africaine, de l’Organisation internationale de la Francophonie ainsi que des États-Unis d’Amérique.

Les participants ont exigé l’organisation des élections dans le délai constitutionnel et de l’élection présidentielle avant le 19 décembre 2016, conformément à la Constitution, la dissolution des formations politiques ayant adopté les mêmes dénominations que les partis politiques régulièrement constitués, la libération immédiate de tous les détenus politiques et d’opinions, le retour de tous les exilés politiques congolais, la libéralisation de l’espace politique et l’ouverture des médias privés fermés arbitrairement ainsi que l’examen de la question sur l’organisation et le fonctionnement de la CENI et de la Cour constitutionnelle

Création d'un "Rassemblement"

En vue de matérialiser leurs engagements, les Forces politiques et sociales acquises au changement ont décidé de mettre en place un mécanisme de suivi, dénommé "le Rassemblement" et comportant deux organes : un Conseil des Sages, composé des représentants de chaque composante et présidée par M. Étienne Tshisekedi, en sa qualité d’initiateur des assises, ainsi qu'un organe de coordination des actions, chargé d’exécuter les résolutions de la Conférence et de superviser les actions en vue de favoriser l’alternance démocratique en RDC.

Les participants ont rendu "un vibrant hommage au peuple et à la diaspora congolaise pour la bravoure dont ils ont a fait preuve dans le combat pour la libération totale de notre pays ainsi que pour leur maturité politique dans la perception des enjeux de l’heure, particulièrement dans leur détermination à sauver la démocratie, à faire respecter la Constitution et à exprimer leur adhésion au principe de l’alternance démocratique".

Ils ont enfin remercié le peuple et les autorités belges pour leur hospitalité et leur soutien à la tenue de la Conférence. C'est dans ce contexte qu'un proche d’Étienne Tshisekedi nous a confié que si les assises ont été organisées loin de Kinshasa, avec le succès que l'on connaît, c'est simplement pour une question de sécurité et de liberté d'expression des participants, que le pouvoir peine à garantir à ses citoyens.

La MP rejette les résolutions de Genval et dénonce une tentative de coup d’État

Dans une déclaration rendue publique vendredi à l’issue d’une réunion de son bureau politique, la Majorité présidentielle (MP), plate-forme politique soutenant le président Joseph Kabila, rejette toutes les résolutions adoptées par le Conclave, estimant qu’elles constituent « une tentative de coup d’État ».

Elle encourage également la CENI à poursuivre ses efforts de doter le pays d’un « fichier électoral transparent, fiable et inclusif » reprenant notamment les dix millions de nouveaux majeurs et les Congolais de la diaspora, « en vue d’ouvrir la voie à l’organisation prochaine d’élections crédibles, démocratiques et apaisées à tous les niveaux, de la base au sommet ».

La MP regrette, par ailleurs, que 56 ans après l’indépendance de la RDC, l’opposition recourt aux mêmes méthodes et pratiques des années 60 et 90 « qui ont semé le chaos, mis en mal le processus démocratique et sapé le tissu économique du pays ». Le communiqué n'indique pas si des sanctions sont prévues à l'encontre des autorités congolaises qui ont échoué à organiser les élections en RDC, alors que d'autres pays les ont réalisées sans la moindre difficulté.

----------------------------------------------------------------------------------------Le Signal du Continent est une réalisation de l'asbl Info Europe Afrique. Il existe depuis 2007, avec 3 collaborateurs et un correspondant en Afrique. Parmi les premiers blogs du genre sur la RDC, il est devenu le livre de chevet de plusieurs lecteurs. Pour appuyer cette initiative totalement bénévole, nous avons besoin de soutien financier de minimum 5 euro ou équivalent, qui peut être versé sur le compte de l'asbl BE66 7506 4181 8143 EUR avec mention "Le Signal", selon le principe de crowdfunding. Vous pouvez aussi nous contacter via le blog.

Les deux représentants de LUCHA (Photo Le Signal)

Les deux représentants de LUCHA (Photo Le Signal)

Commenter cet article