«Maître Taureau» Ngombe Baseko conduit à sa dernière demeure mardi à Nsele

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le «Patriarche de Yolo» Me Taureau, inhumé mardi
Le «Patriarche de Yolo» Me Taureau, inhumé mardi

Kinshasa, 01/06 - Ngombe Baseko François, alias Maître Taureau, président du Conseil d’administration du DC Motema Pembe de Kinshasa, décédé le 16 mai dernier dans la capitale congolaise à l'âge de de 94 ans des suites d’une courte maladie, a été conduit à sa dernière demeure mardi à la nécropole Entre Terre et Ciel, dans la commune de la Nsele, à Kinshasa.

Les funérailles de l’illustre disparu se sont déroulées de lundi à mardi en sa résidence sise Chaussée de Kimwenza n° 67 bis à Yolo/Sud, dans la commune de Kalamu, après la levée du corps opérée à la morgue de la Clinique Ngaliema, dans la commune de la Gombe. La veillée mortuaire a été assurée au même lieu du deuil.

Des hommages de toutes sortes ont été rendus à cette figure qui a marqué, pendant des décennies, le monde culturel et sportif kinois. Dans les années 50-60, Ngombe Baseko avait particulièrement excellé dans l’exécution des pas des danses exotiques, tels que le Tango, le Boléro, le Swing, etc.

Il s’était distingué dans la troupe du Spectacle populaire, sur un grand podium sur lequel se relayaient des groupes folkloriques, des comédiens, des ensembles musicaux, etc. à travers les différentes communes de Léopoldville, débaptisée Kinshasa à partir de 1966. C’est l’homme qui avait lancé le concours de Miss Congo dont la lauréate était emmenée à concourir sur les scènes internationales.

Maître Taureau s’était aussi fait remarquer dans le domaine musical en influençant la carrière des monstres de la discipline tels qu’Antoine Kolosoy «Wendo», Lando «Rossignol», etc. La chanson «Albertine» est l’une de ses compositions accrocheuses.

Le «Patriarche de Yolo» a monté l’ensemble musical appelé Continental formé, entre autres, des artistes Josky Kiambukuta Londa et Blaise Pascal Wuta Mayi (chant), Bopaul Mansiamina (guitare rythmique) et qui avait fait la pluie et le beau temps sur le plan discographique à Kinshasa et ailleurs. Il avait aussi monté l’orchestre «Émancipation» au sein duquel tous les instruments, du micro à la batterie en passant par ceux à corde ou même à souffle, étaient tenus avec brio par la gent féminine.

Pour ce qui est du DC Motema Pembe, François Ngombe Baseko s’est constitué en garant moral de la grande famille vert et blanc par qui tous les soubresauts vécus passaient pour calmer les ardeurs des uns et des autres afin que la sérénité ne soit pas longtemps troublée pour permettre aux acteurs d’évoluer dans de bonnes conditions morales.

Avant que le cortège funèbre ne prenne la route pour le lieu de l’inhumation, la dépouille a été conduite en l’église catholique Saint Gabriel de Yolo/Sud pour les absoutes. Avec l'ACP

----------------------------------------------------------------------------------------Le Signal du Continent est une réalisation de l'asbl Info Europe Afrique. Il existe depuis 2007, avec 3 collaborateurs et un correspondant en Afrique. Parmi les premiers blogs du genre sur la RDC, il est devenu le livre de chevet de plusieurs lecteurs. Pour appuyer cette initiative totalement bénévole, nous avons besoin de soutien financier de minimum 5 euro ou équivalent, qui peut être versé sur le compte de l'asbl BE66 7506 4181 8143 EUR avec mention "Le Signal", selon le principe de crowdfunding. Vous pouvez aussi nous contacter via le blog.

Commenter cet article