Divorce consommé entre les anciens combattants zimbabwéens et le président Mugabe qui menace

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Mugabe l'ancêtre, avec sa jeune épouse
Mugabe l'ancêtre, avec sa jeune épouse

Kinshasa 29/07 - Le Président zimbabwéen Robert Mugabe a mis ses menaces de répression à exécution à l'encontre de deux hauts responsables de l'association des anciens combattants du Zimbabwe, qui avaient critiqué son régime, ont rapporté jeudi les médias internationaux.

Douglas Mahiya, le porte-parole de l'association des vétérans de la guerre de libération, a été arrêté mercredi soir à Harare, a annoncé jeudi un collectif d'avocats, les avocats du Zimbabwe pour les droits de l'homme. Le secrétaire général de l'association, Victor Matemadanda, a lui aussi été interpellé, à Gokwe, dans le nord-ouest du pays et son sort est inconnu pour le moment, selon le collectif.

Les vétérans de la guerre d'indépendance, qui étaient des piliers du régime, avaient publié la semaine dernière une déclaration choc, dénonçant l'attitude "dictatoriale" de M. Mugabe et jugeant que son parti, la Zanu-PF, avait "lamentablement échoué à résoudre les problèmes économiques" du pays. Ils avaient prévenu qu'ils ne le soutiendraient pas lors de la présidentielle de 2018, à laquelle compte se représenter M. Mugabe, au pouvoir depuis le 31 décembre 1987 et âgé aujourd'hui de 92 ans, soit le chef d'État en exercice le plus âgé en Afrique et au monde .

Les vétérans, qui ont combattu pour la guerre d'indépendance de 1972 à 1979, ont toujours été un des piliers du régime Mugabe et de son parti, la Zanu-PF, et avaient toujours été bien traités. Avec l'ACP

Commenter cet article