Journée ville morte le 23 août en RDC : Test grandeur nature pour le Rassemblement

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

La réunion du Rassemblement du smedi 20 août
La réunion du Rassemblement du smedi 20 août

Bruxelles, 21/08 - Le Rassemblement des forces politiques et sociales acquises a changement se dit totalement désabusé par les dernières mesures prises par le gouvernement de Joseph Kabila, visant à décrisper l'atmosphère politique tel que réclamées par l'opposition comme l'un des préalables à sa participation au dialogue, qui peine à démarrer depuis une année.

Cette méga-plateforme de l'opposition, qui a tenu une réunion d'urgence le samedi 20 août sous la direction d’Étienne Tshisekedi, président de son Comité des sages, en vue de faire le point après les mesures de libération des prisonniers d'opinion et de libéralisation de l'espace médiatique, a ainsi décidé d'appeler la population congolaise à une "Journée ville morte" le mardi 23 août sur toute l'étendue de la RDC.

En effet, la réunion du Rassemblement a noté que sur 112 prisonniers dont il a réclamé la libération, seuls 4 sont concernés par la mesure gouvernementale, alors qu'au même moment "la répression continue, notamment à Kamina et Lubumbashi, le samedi 20 août". Par ailleurs, en ce qui concerne la libéralisation de l'espace médiatique, aucune chaîne proche des membres du Rassemblement n'a été rouverte, s'indigne le Rassemblement.

Alors que le Facilitateur s'empressait à émettre un communiqué de totale satisfaction et à annoncer l'ouverture des travaux du comité préparatoire du Dialogue, prévue le même mardi, c'est un nouveau coup dur pour Edem Kodjo qui, assurément n'arrive pas à lire l'évolution de la politique congolaise, surtout avec un gouvernement officiel incapable de contenu d'une simple liste lui transmise.

Néanmoins, pour le Rassemblement, qui réitère son préavis au président Kabila pour quitter la présidence au 19 décembre 2016, l'appel à une ville morte est également considéré par les observateurs comme un test grandeur nature quant à sa capacité à garder ses troupes en alerte dans la perspective des actions envisagées le moment venu.

Une autre leçon à tirer est que, pour la première fois depuis l'Union sacrée du temps de la transition sous Mobutu, l'opposition réussit à se présenter soudée pour les enjeux futurs, alors que certains ne misaient même pas un cent sur la capacité de la classe politique congolaise à l'unité.

L'intégralité du communiqué du Rassemblement appelant à une ville morteL'intégralité du communiqué du Rassemblement appelant à une ville morte

L'intégralité du communiqué du Rassemblement appelant à une ville morte

Commenter cet article