Le député Puela accuse le gouverneur Mbadu d'achat illicite de trois immeubles des LAC - Ce dernier va en justice

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le député Albert Fabrice Puela, grand défenseur des territoriaux
Le député Albert Fabrice Puela, grand défenseur des territoriaux

Bruxelles, 21/08 - C'est une véritable saga judico-politique qui se déroule au Kongo Central, où le député national de l'opposition Albert Fabrice Puela s'est personnellement investi dans l'affaire d'une série de suspensions par le gouverneur Jacques Mbadu a entamé des maires de Matadi et de Boma, selon la même procédure à savoir un décret lu sur les ondes sans que les intéressés n'en soient informés au préalable.

Dernier fait d'arme, il vient d'accuser le gouverneur Jacques Mbadu d'avoir effectué un "achat illicite" de trois immeubles des Lignes aériennes congolaises (LAC), l'ancienne compagnie nationale. Selon l'Agence APA qui l’a annoncé samedi, citant l'accusateur, la vente de ces immeubles situés à Kinshasa est illicite à cause d'une décision de justice qui a suspendu la liquidation de l'entreprise aérienne.

" Mardi 16 août 2016 pendant la journée, les clés de trois grandes villas venaient d'être remises à l'acquéreur. Celui qui achète ces somptueux immeubles - deux à Gombe et un à Limete - à un vil prix de plus de 6 000 000 USD (six millions de dollars américains), c'est un certain Jacques Mbadu par l'entremise de son épouse Yvette Mwanga Mbadu ", affirme le député Fabrice Puela, qui demande à la justice que la vente soit annulée. " Cette vente doit être annulée. Il faut que le parquet général de la République ouvre une information judiciaire pour que M. Jacques Mbadu justifie cette somme ", alors même que le personnel de la province est impayé depuis trois mois, indique Albert Fabrice Puela.

Le gouverneur Mbadu charge son conseil de porter plainte

Le collectif des avocats du gouverneur du Kongo-Central annonce que son client va saisir la justice pour que le député apporte les preuves de ses accusations. " Sans anticiper, notre client entend diligenter une procédure judiciaire devant les instances judiciaires afin que le député national apporte des éclaircissements sur ses affirmations ", indique Me Dieudonné Kaluba, l'un des avocats de M. Mbadu.

L'avocat estime que cette affaire devrait être judiciaire et pas politique. " Soyez déjà prévenu qu'il n'y a pas lieu de confondre les affaires pénales avec les affaires politiques. Donc, nous ne ferons que le judiciaire ", prévient Me Dieudonné Kaluba.

Le ministre de l'Intérieur annule la suspension des deux maires

Selon également la page Facebook du député Puela, le vice-Premier Ministre en charge de l'Intérieur aurait annulé, à dater du samedi 20 août, les mesures de suspension visant les deux maires, celui de Matadi et de Boma, ainsi que d'autres dirigeants de la territoriale pour violation de la loi.

Le maire de Matadi, Jean Marc Nzeyidio, cadre de l’Alliance pour le renouveau du Congo (ARC, opposition) et doyen des maires de la RDC, en fonction à Matadi depuis plus de 10 ans, avait été suspendu pour "perception de taxes parallèles, notamment celles destinées aux communes, laissant les routes délabrées et la ville sale".

Quant au maire de Boma, Mme Marie Josée Niongo Nsuami, elle avait été accusée de crime de " xénophobie pour avoir incité la population au tribalisme, à travers la création d'un groupe d’amis nommé KIDE, diminutif de « Ki Dempangi » (mon frère ou ma sœur), en vue de ne voter, lors des prochaines élections, que pour un frère ou une sœur de Boma et non quelqu’un qui viendrait d'ailleurs". Ce qui se pratique d'ailleurs partout en RDC et même à travers le monde. Il est également reproché au maire "le sabotage de l’emblème national". Curieux tout de même.

Le gouverneur Mbadu ainsi que les amaires de Boma et de MatadiLe gouverneur Mbadu ainsi que les amaires de Boma et de MatadiLe gouverneur Mbadu ainsi que les amaires de Boma et de Matadi

Le gouverneur Mbadu ainsi que les amaires de Boma et de Matadi

Commenter cet article