Le maire de Boma illégalement suspendu hospitalisé après un malaise

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le maire de Boma sur son lit d'hôpital
Le maire de Boma sur son lit d'hôpital

Bruxelles, 22/08 - Le maire de Boma, Mme Marie Josée Niongo Nsuami, suspendue dernièrement par le gouverneur de la province du Kongo Central, M. Jacques Mbadu, a été victime d'un malaise dès que l'ANR (Agence nationale de Renseignement) lui a signifié qu'elle devait passer la nuit au cachot du parquet. Normal pour une dame de notoriété qui n'a jamais fait de sa vie du mal à une simple mouche.

Tel que nous l'avons annoncé dans notre dernière livraison, les différentes mesures de suspension prises illégalement par le gouverneur à l'encontre des maires de Matadi et de Boma ont été annulées samedi par le vice-Premier ministre chargé de l'Intérieur, Évariste Boshab, parce que " non conformes à la loi " (Facsimilé au bas de l'article)

Plusieurs personnalités de la province s'étaient investies sur le terrain comme sur les réseaux sociaux pour dénoncer cette "dérive", spécialement après l'hospitalisation du maire de Boma. Selon les dernières nouvelles, la population de toutes les entités du Kongo Central, compatissante vis-à-vis de ce cadre de la territoriale victime de harcèlement politico-judiciaire dans sa propre province, est venue nombreuse à l'hôpital la réconforter, malgré l'interdiction de visite pour des raisons médicales, alors qu'aucun de ses camarades cadres du PPRD n'a été aperçu dans les parages.

Comme quoi, rien n'est plus sacré que la population comme centre d'intérêt pour tout mandataire et tout homme politique. Mme Marie Josée Niongo l'avait compris depuis longtemps, brillant par son savoir-faire, son savoir-être et son savoir-vivre. La population lui en a rendu la pareille.

La note verbale du ministre de l'Intérieur annulant les mesures du gouverneur

La note verbale du ministre de l'Intérieur annulant les mesures du gouverneur

Commenter cet article