RDC: Pas d'élection présidentielle avant 2017, proclame la CENI

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

RDC: Pas d'élection présidentielle avant 2017, proclame la CENI

Bruxelles, 20/08 - Nous l'avions annoncé dans notre article du 8 août sous le titre "Annonce de Kabila en Ouganda : Mathématiquement, l'élection présidentielle pas avant 2019" (http://lesignalducontinent.over-blog.com/2016/08/annonce-de-kabila-en-ouganda-mathematiquement-l-election-presidentielle-pas-avant-2019.html). Aujourd'hui, la CENI abonde dans ce sens, à savoir que le président Joseph Kabila restera au pouvoir après la fin de son mandat, en décembre prochain.

L'élection présidentielle, initialement prévue en novembre, n'aura pas lieu avant 2017, rapporte l'agence Reuters, citant la commission électorale. Pour justifier ce report, la commission avance un manque de fonds et un retard dans l'enregistrement de nouveaux électeurs.

Corneille Nangaa, le président de la commission électorale en RDC, confirme que le renouvellement du fichier électoral est "un des préalables incontournables pour la tenue des élections crédibles et apaisées en RDC". Il annonce que ce renouvellement "ne pourra pas avoir lieu avant 16 mois et un jour".

Cela implique que l'élection présidentielle ne pourrait pas avoir lieu avant juillet 2017 et que Joseph Kabila devrait se maintenir au pouvoir. La Cour constitutionnelle congolaise avait en effet statué en mai dernier qu'il pourrait rester au pouvoir en cas de report des élections.

La présidentielle au mieux en 2019

Cette décision "risque de relancer la contestation politique. Des dizaines d'opposants ont été arrêtés ou tués pendant des manifestations anti-Kabila depuis l'an dernier", commente Reuters. "Selon certains analystes politiques, la présidentielle ne devrait pas avoir lieu avant 2018, voire 2019, Joseph Kabila ayant dit ce mois-ci que le nouveau calendrier électoral ne serait pas finalisé tant que le processus d'enregistrement des électeurs ne sera pas terminé", ajoute l'agence de presse.

Selon le calcul fait par les politiciens après l'annonce de Kabila en Ouganda, quand on pense que la Centrale électorale ne peut techniquement boucler la révision du fichier électoral en moins de 16 mois, soit en septembre 2017, le résultat donne que l’élection présidentielle ne peut être organisée avant 2018. Mais encore, si le cycle électoral doit obéir au diktat de la Majorité présidentielle, à savoir en tenant compte du calendrier global publié en février 2015, prévoyant les élections locales comme « tête de liste », le scrutin présidentiel pour sa part ne pourrait intervenir, au mieux, qu’en 2019 et pas avant. Voilà pour les projections.

Commenter cet article