Trois familles voisines du port de Ledya requièrent leur indemnisation

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Les port privé de Ledya, à Matadi

Matadi, 16/10 - Trois des dix-huit familles expropriées du site du port de Ledya, construit en aval du pont Maréchal à Matadi, ont requis la médiation du président de l’Assemblée provinciale du Kongo Central, M. Léonard Nsimba Nzungila, pour solliciter le recouvrement de leurs indemnisations d’expropriation de la part de la société chinoise CREC 7 ayant réalisé l'ouvrage.

Au terme de l’audience accordée mercredi à Mme Agnès non autrement identifiée et parlant au nom des trois familles, en présence des responsables de l’entreprise CREC 7, le président de l’Assemblée provinciale a sollicité l’entreprise chinoise de prendre en compte les doléances des concernés, à l’instar des 15 autres familles qui sont entrées dans leurs droits, afin de leur permettre de s’installer à ailleurs.

Au début des travaux de construction du port Ledya, l’entreprise CREC 7 avait déplacé 18 familles habitant la périphérie du site, avant de les reloger ailleurs à ses propres frais, pour les protéger des effets d’explosion de dynamite pouvant causer des dommages. A la fin des travaux, la société avait estimé que 15 familles seulement devaient être déplacées définitivement moyennant indemnisation, alors que les trois autres pouvaient regagner leurs anciennes maisons après quelques travaux de réparation.

Désintéressées des suites de l’isolement dans lequel se trouve à présent leur quartier et craignant l’industrialisation progressive du site ainsi que la proximité de l’infrastructure portuaire, les trois familles ont refusé de regagner leurs demeures et ont ainsi exigé à l’entreprise chinoise de les indemniser. Les responsables de la société chinoise ont pomis de réexaminer le dossier.

Commenter cet article