Finances/Kongo Central : Jacques Mbadu fait marche arrière et réhabilite 321 agents de la Régie financière provinciale

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Population et agents de REPERE en manifestation

Bruxelles, 22/11 - Décriée depuis onze mois, le dossier relatif à la révocation collective des agents de la désormais célèbre REPERE (Régie provinciale d’Encadrement et de Recouvrement des Recettes de la Province du Kongo Central), vient de connaître son dénouement. Le branle-bas de combat entre des notables provinciaux et le gouverneur sur le dossier aura ainsi duré près d'une année.

Révoqués depuis le mois de novembre de l'année dernière, 321 travailleurs de la Régie financière provinciale du Kongo Central (REPERE) viennent de bénéficier d'une "mesure de grâce" et vont bientôt intégrer la Direction générale des recettes du Kongo Central (DGRKC). Seuls quatre directeurs n’ont pas bénéficié de cette mesure du gouvernement provincial.

Ces agents avaient été tous révoqués de leurs fonctions respectives au sein de la REPERE, qui avait ensuite changé de nom pour être rebaptisée DGRKC. De nouveaux agents et cadres avaient alors été recrutés sur examen d'entrée, mais les agents révoqués avaient continué à réclamer leur intégration dans la nouvelle régie financière par voie de mémorandum, de sit-in et autres.

Selon La Cité africaine qui l'a annoncé dans son édition de mardi, parmi les travailleurs qui vont bénéficier de cette mesure de réhabilitation, il y a 149 agents et 172 cadres, lesquels signeront chacun un contrat de travail au cours de cette semaine, afin de reprendre effectivement le travail à partir du 1er janvier 2017.

Le quotidien kinois précise que le gouverneur de la province, Jacques Mbadu Nsitu, leur a annoncé la nouvelle de leur réhabilitation le dimanche 20 novembre dernier au cours d’une réunion à Matadi. Il a ajouté que " c’est sans pression aucune qu’il décidé de gracier les agents de l’ex-REPERE". Mais l'on sait qu'une grande marche de protestation contre cette révocation était programmée ce même mardi à travers la ville de Matadi.

Marche de protestation à Matadi pour exiger la démission du gouverneur

Est-ce afin d'étouffer la fronde dans l'oeuf que la levée de la mesure vient d'être subitement prise ? Les organisateurs répondent d'emblée par l'affirmative, estimant qu'une décision administrative prise un dimanche ne trompe pas. Ils ajoutent que la réhabilitation des maires de Matadi et de Boma, suspendus, et aujourd'hui celle des agents et cadres de la REPERE révoqués montrent à suffisance que les mesures prises à leur égard sont empreintes d'irrégularités coupables.

Aussi, ils ont maintenu leur marche pour cette fois-ci exiger la démission du gouverneur. Elle s'est déroulée sous la direction des députés nationaux Fabrice Puela et Mller Luthelo de Matadi, Mantezolo de Songololo;Jacques Lungwana de Mbanza-Ngungu; Jean-Mari Mulatu, Pasteur Mbuela de Moanda et Adien Phoba de Boma (Images)

L'on sait que dans cette saga, Luzolo Bambi, le conseiller spécial du chef de l’Etat en matière de bonne gouvernance et de lutte contre la corruption, le blanchiment des capitaux et le financement de terrorisme, avait également, de son côté estimé, dans sa lettre du 29 décembre 2015  que cette révocation sentait la "mauvaise gouvernance", alors que dans une correspondance, il reprochait à l’autorité provinciale du Kongo Central la ‘’Violation de la procédure organisée par la loi N° 081/003 du 17 juillet 1981 et du Règlement de la REPERE’’

Le gouverneur Mbadu, lui, avait motivé sa décision de révocation des cadres et agents de la REPERE par "la faiblesse généralisée constatée dans la mobilisation des Recettes attribuée à tous les agents et cadres de cette Structure et qui devaient en répondre collectivement".

Matadi en ébullition ce mardi 22 novembre 2016 (Photos Matadi Mbanza Velela) Matadi en ébullition ce mardi 22 novembre 2016 (Photos Matadi Mbanza Velela)
Matadi en ébullition ce mardi 22 novembre 2016 (Photos Matadi Mbanza Velela)

Matadi en ébullition ce mardi 22 novembre 2016 (Photos Matadi Mbanza Velela)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article