Le Premier ministre Matata Ponyo présente sa démission et celle de ses ministres

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Le Premier ministre démissionnaire

Bruxelles, 14/11 - Le président Joseph Kabila a reçu ce lundi matin à son bureau le Premier ministre Augustin Matata Ponyo venu lui présenter sa démission ainsi que celle de son gouvernement. Cette démission fait suite à l'Accord du Dialogue du Camp Tshatshi, signé le 18 octobre dernier.

Aux termes de l'accord, le poste de Premier ministre revient à la petite frange de l'opposition ayant participé au Dialogue. Ce gouvernement devait être mis en place 21 jours après la signature de l'accord, mais a été retardé par les tractations que devaient mener les évêques catholiques de la CENCO auprès du Rassemblement, toujours réticent à adhérer à l'accord.du Camp Tshatshi et qui persiste à réclamer que la période transitoire puisse se dérouler sans Joseph Kabila, dont le mandat prend fin le 19 décembre 2016, conformément aux prescrits de la Constitution.

Le président Kabila avait souhaité qu'un deal puisse être scellé avec le Rassemblement avant la formation du nouveau gouvernement. Mais le cinglant refus essuyé par la CENCO ainsi que les ambassadeurs du Conseil de sécurité des Nations Unies comme ceux de pays africains a sûrement eu raison de la patience du président congolais, qui ne doit plus se contenter à présent que de "menus fretins" de l'opposition.

Selon Radio Okapi, M. Matata, nommé Premier ministre en avril 2012, a estimé qu'au terme de quatre ans et demi à la tête du gouvernement congolais, « le travail que nous avons abattu est très appréciable et nous pouvons dire que le bilan est globalement positif », alors que tous les observateurs sont d'avis qu'il faudra vite oublier ce gouvernement qui a plutôt excellé dans la médiocrité et réussi à augmenter la misère de la population.

Il parvient même à se contredire en affirmant toute honte bue que « du point de vue macro-économique nous avons enregistré des performances inédites en termes de stabilité de taux de change même si au cours des derniers mois il y a eu des soubresauts liés notamment à la crise internationale ». "Les Congolais croient toujours que leur malheur vient des autres et ne reconnaissent jamais leurs erreurs", a déclaré un anonyme.

Joseph Kabila s’adressera mardi à la nation via les deux chambres

Un communiqué de la présidence lu à la télévision publique peu après la démission de Matata Ponyo indique que le chef de l’Etat congolais s’adressera mardi à la nation devant les chambres du Parlement réuni en congrès. L'adresse de Joseph Kabila portera sur l'état de la nation, précise le communiqué.

Après avoir reçu la démission du Premier ministre, le chef de l’Etat a également pris langue avec des membres de la majorité présidentielle ainsi que des opposants qui ont pris part au dialogue politique.

Le Dialogue convoqué il y a une année pour être inclusif et décrisper l'atmosphère politique délétère a peiné à démarrer, face au refus de la majorité de partis de l'opposition qui avaient conditionné leur participation à la résolution de certains préalables. Parmi ceux-ci,  la relaxation des prisonniers politiques, l'ouverture de médias fermés et la cessation des poursuites judiciaires contre Moïse Katumbi, le célèbre gouverneur honoraire du Katanga, passé dans l'opposition à Kabila.

L'opposition réunie au sein du Rassemblement des forces vives et sociales acquises au changement n'ayant jamais eu gain de cause, le dialogue qui avait enfin débuté n'a jamais réussi son inclusivité, encore moins à démêler la situation politique demeurée détonante. 

Commenter cet article