Les divergences des pourparlers de la CENCO aplanies à 95% : Pas de 3ème mandat à Kabila et exit Badibanga

Publié le par Jean-Cornelis Nlandu-Tsasa

Kinshasa, 25/12 - Mgr Marcel Utembi Tapa, président de la Conférence épiscopale nationale du Congo (CENCO), a affirmé, samedi à la presse, à l’issue des travaux de discussions directes, que les divergences des pourparlers du Centre interdiocésain ont été aplanies à 95%. Joseph Kabila ne pourra pas briguer un troisième mandat et la Primature sera confiée au Rassemblement, au terme des discussions.

Selon l'Agence congolaise de Presse, le président de cette instance suprême de l’Eglise catholique en RDC a félicité les délégués à ces assises qui se sont déroulées avec intensité au cours des trois derniers jours, parsemées de diverses tractations et qui se clôturées aux petites heures du matin, soit à 5h30, pour l’esprit de sacrifice et du patriotisme, la consolidation de la paix et la réconciliation.

Le secrétaire général ai de la CENCO, l’abbé Donatien N’Shole, qui faisait la restitution des étapes des discussions directes entre les signataires de l’accord de l’UA et les non-signataires, a relevé parmi les points de convergence les éléments ci-après : le président de la République reste en fonction jusqu’à l’installation du nouveau président élu et ne pourra pas briguer un troisième mandat ; les élections présidentielle et législatives se dérouleront en décembre 2017 ; aucune modification de la Constitution ne pourra intervenir durant la période de transition.

Samy Badibanga le Premier ministre le plus bref

Il a également été convenu de la mise en place d’un comité de suivi de la transition qui sera dirigé par l’Opposition non-signataire de l’accord du 18 octobre 2016. Le secrétaire général ai de la CENCO a en outre  indiqué que la Primature sera confiée au Rassemblement, tandis que la CENI devra subir une restructuration pour une organisation des élections libres et apaisées. Quant aux mesures de décrispation, les dossiers  des personnes concernées seront examinés au cas par cas par une commission d’experts dirigée par de hauts magistrats.

Publié nuitamment - à minuit s'il vous plaît - comme des voleurs qui s'activent à la sauvette pour éviter d'être attrapés, alors même que les discussions de la CENCO se poursuivaient encore, le gouvernement Samy Badibanga devra ainsi céder la place à l'Exécutif post-Dialogue inclusif. Il aura été le plus bref de l'histoire.

Par ailleurs, le Rassemblement aura échoué - ou mis de l'eau dans son vin - en ce qui concerne la libération immédiate des prisonniers politiques, dont Eugène Diomi et Jean-Claude Muyambo, ainsi que l'abandon des poursuites et le retour de Moïse Katumbi, qui devront être débattus ultérieurement.

La signature de l’accord interviendra le vendredi 29 décembre 2016 au retour des évêques de leurs diocèses respectifs, où ils sont rentrés pour la célébration de la Nativité, a précisé l’abbé N’shole, ajoutant que le toilettage des textes se poursuit sous la direction du secrétariat de la CENCO avec les deux composantes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article